NoCiné

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, t…

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, tous les lundi. Animé en public par Thomas Rozec.

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Carrie

NC XB Carrie.mp3

NC XB Carrie.mp3

Télécharger Télécharger ( 14 Mo )

Carrie White, jeune adolescente de banlieue rejetée par ses camarades de classe, subit un choc traumatique le premier jour de ses règles. Quand ses pouvoirs télékinésiques se révèlent, elle subit les sévices de sa mère religieuse qui voit en elle l’enfant du diable. Premier vrai succès de De Palma, première adaptation très personnelle de Stephen King, “Carrie” ressort en salles, quarante ans après son succès en 1976. Alors pourquoi revoir Carrie en 2017 ? Pour la scène finale d’anthologie et la vengeance de Carrie pendant le bal de promo - modèle de mise en scène -, pour la patte De Palma et ses split-screen et pour l’esprit transgressif d’un passage à l’âge adulte dans une amérique bigote.

Podcast animé par Daniel Andreyev avec Stéphane Moïssakis et David Honnorat

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Carrie au bal du diable (Brian de Palma, 1976), Carrie (Stephen King, 1974), Carrie la vengeance (Kimberly Peirce, 2013), Soeurs de sang (Brian de Palma, 1973), Obsession (Brian de Palma, 1976), Pino Donaggio, Furie (Brian de Palma, 1978).

CRÉDITS

Enregistré le 26 octobre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Logan Lucky, l’anti Ocean’s

NoCine  E105.mp3

Deux frangins idiots white trash du sud des Etats-unis, Channing Tatum et Adam Driver, montent le casse d’un circuit de Nascar avec l’aide d’un célèbre braqueur de coffre-forts, le très peroxydé Daniel Craig. Très loin des gentlemen braqueurs de la saga Ocean’s, le charme de Logan Lucky vient de son ode au système D et de sa bienveillance à l’égard de personnages qui s’avèrent pas si stupides que ce que l’on pourrait penser. Le scénario très bien ficelé, les excellents dialogues de Daniel Craig, le bon timing comique du drôle et benêt Adam Driver, le retour réussi de Katie Holmes et Hilary Swank dans deux personnages secondaires géniaux : autant d’éléments qui renforcent la satisfaction de voir un film qui ne se moque pas de son spectateur, qui prend le temps de poser des personnages, de développer des thématiques, tout en restant divertissant.

Podcast animé par Daniel Andreyev avec David Honnorat, Hugo Alexandre et Anaïs Bordages.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Ocean’s Eleven (Steven Soderbergh, 2001), Le dîner de cons (Francis Veber, 1998), Sexe mensonges et vidéo (Steven Soderbergh, 1989) , Schizopolis (Steven Soderbergh, 1996), Girlfriend Experience (Steven Soderbergh, 2009), Solaris (Steven Soderbergh, 2002), The Knick (Steven Soderbergh, 2010), Luc Besson, Casino Royale (Martin Campbell, 2006), Rebecca Blunt, Girls (Lena Dunham, 2012-2017), Magic mike (Steven Soderbergh, 2012), Sexy Dance (Anne Fletcher, 2006), Les frères Cohen, Batman Begins (Christopher Nolan, 2005), Piégée (Steven Soderbergh, 2012), Nicolas Winding Refn, Cliff Martinez, Riley Keough, Mad Max : Fury Road (George Miller, 2015), American Honey (Andrea Arnold, 2016), Bottle Rocket (Wes Anderson, 1996),

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco <<

LA RECO D’ANAÏS : The Knick, la série 100% Soderbergh, où un chirurgien accro à l’opium en 1901 découvre la chirurgie moderne, sur une musique de Cliff Martinez.

LA RECO DE DAVID : la saison 1 de la série “The Girlfriend Experience”, l’adaptation du film du même nom de Soderbergh.

LA RECO D’HUGO : “Bottle Rocket” de Wes Anderson (1996), son premier film avec des bras cassés qui veulent faire un braquage.

CRÉDITS

Enregistré le 26 octobre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Dupontel encore là-haut

NoCine E104.mp3

Le vilain petit canard névrosé du cinéma français, Albert Dupontel, quitte la comédie un instant pour adapter un gros succès populaire, “Au revoir là-haut” prix Goncourt 2013, et entre donc pour la première fois dans l’univers d’un autre, sans s’effacer derrière le sujet. Novembre 1919, Albert et son ami Edouard, défiguré pendant la dernière journée de combat, survivent à la grande Guerre, et montent une arnaque aux monuments aux morts. Le film est ambitieux dans sa construction, minutieux sur la restitution, et raconte une histoire intimiste plutôt que la naissance des années 20. Les ingrédients habituels sont là : lutte des classes, laissés pour compte et une note cartoonesque. Un film touchant, à la hauteur de notre amour pour le cinéma de Dupontel.

Podcast animé par Daniel Andreyev avec Stéphane Moïssakis et Hugo Alexandre.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Au revoir là-haut (Albert Dupontel, 2017), Nahuel Perez Biscayart, Au revoir là-haut (Pierre Lemaitre, 2013), 120 battements par minutes (Robin Campillo, 2017), Le vilain (Albert Dupontel, 2008), 9 mois ferme (Albert Dupontel, 2013), La proie (Eric Valette, 2012), Gotlib, Le Kid (Charlie Chaplin, 1921), Un long dimanche de fiançailles (Jean-pierre Jeunet, 2004), Tim Burton, Phantom of the Paradise (Brian de Palma, 1974), Irréversible (Gaspar Noé, 2002), Enfermés dehors (Albert Dupontel, 2006), Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Si j’étais un homme (Audrey Dana, 2017), Bernie (Albert Dupontel, 1996), Le créateur (Albert Dupontel, 1999), Terry Gilliam.

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Laissez bronzer les cadavres, de plomb et d'or

NoCine E103.mp3

Méditerranée, soleil brûlant, 250 kg d’or volé, excès et outrance visuelle : voilà les ingrédients de l’ovni cinématographique presque expérimental du duo de réalisateurs Hélène Cattet & Bruno Forzani. Adapté d’un roman de Jean-Patrick Manchette, son écriture si particulière et si souvent mal adaptée se retrouve ici, dans l’histoire de bandits qui se planquent dans une ruine après le braquo d’un fourgon plein de lingots, dans l’attente de la police, et du long siège qui suit.
Le film est une réelle expérience ultra référencée, quelque chose d’inhabituel à l’intersection de l’horrifique et de l’érotique, qui utilise les codes classiques du policier et du western. Très intéressant au niveau du travail du son, très spécial au niveau esthétique et visuel avec des raccords très travaillés, le film est radical, jusqu’au boutiste, riche de montages innovants. Même si l'on est emporté par l’ambiance et la foule de petites idées intéressantes, “Laissez bronzer…” reste dédié à une petite chapelle de cinéphiles, un film inhabituel à aborder le coeur ouvert. Mais une initiative intéressante, une respiration bienvenue en marge du cinéma commercial actuel.

Podcast animé par Charline Roux avec David Honnorat et Lelo Jimmy Batista.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Laissez bronzer les cadavres ! (Hélène Cattet & Bruno Forzani, 2017), Amer (Hélène Cattet & Bruno Forzani, 2010), Jean-Patrick Manchette, Jean-Pierre Bastid, Stephen King, Trois hommes à abattre (Jacques Deray, 1980), Le Petit Bleu de la Côte Ouest (Jean-Patrick Manchette 1976), Nada (Jean-Patrick Manchette, 1972), Nada (Claude Chabrol, 1974), L’étrange couleur des larmes de ton corps (Hélène Cattet & Bruno Forzani, 2013), Ennio Morricone, John Wick (David Leitch & Chad Stahelski, 2014), Bernie Bonvoisin, Quentin Tarantino, Starfix, Jean-Luc Godard, Stéphane Ferrara, La nuit du risque (Sergio Gobbi, 1986), Blindman, le justicier aveugle (Ferdinando Baldi, 1971), Film socialisme (Jean-Luc Godard, 2010).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Thor : Ragnarok

XB NC Thor.mp3

Privé de son marteau, Thor est retenu prisonnier sur une planète lointaine dont il doit s’échapper pour empêcher Hela d’accomplir le Ragnarok, la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Le héros aux gros bras revient pour un troisième volet sympathique sur le papier, mais très mauvais à l’écran, digne du bas de catalogue du Marvel Cinematic Universe. Après un premier Thor très romance de teenagers, un second inspiré de Game of thrones à la sauce médiévalo-fantastique, le troisième film surfe sur la tendance eighties. Aucune cohérence donc entre les différents chapitres, et les différents personnages selon les opus, qui sont ici perpétuellement tournés en dérision avec des gags bas du front. Thor, Hulk, Loki… aucun n’est épargné. Même les effets spéciaux, habituellement sans génie mais propres, ne sont pas à la hauteur. Dommage que Marvel traite ses grandes mythologies avec autant de désinvolture.

Podcast animé par Charline Roux avec Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Thor : Ragnarok (Taika Waititi, 2017), Captain America : First Avenger (Joe Johnston, 2011), Captain America : Le Soldat de l’hiver (Joe et Anthony Russo, 2014), Captain America : Civil War (Joe et Anthony Russo, 2016), Avengers (Joss Whedon, 2012), The Avengers 2 (Joss Whedon, 2015), Twilight, Game of thrones, Stranger Things, Mister Bean, Bud Spencer, What we do in the shadows (Vampires en toute intimité, Taika Waititi, 2014).

CRÉDITS

Enregistré le 19 octobre 2017 à l’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11e). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Detroit, l’Amérique d’hier et d’aujourd’hui

NoCine E102.mp3

Eté 1967, Detroit. Des émeutes raciales éclatent après des exactions commises par des membres de la police, qui abattent trois jeunes afro-américains une nuit dans un hotel. Ils vont devoir répondre de leurs actes devant un tribunal. Après “Zero Dark Thirty”, Kathryn Bigelow réaffirme sa maîtrise de l’art de l’immersion et de la retranscription, et signe un drame historique qui ne laisse pas indifférent. D’abord pour sa scène choc de presque une heure située au centre du film, presque insupportable, dans laquelle Bigelow réussit à procurer un sentiment d’identification aux victimes, mais aussi aux bourreaux. Ensuite parce que le scénario fait tristement écho à l’actualité américaine. Ce qui a d’ailleurs déclenché une violente polémique aux USA : a-t-on le droit de faire du cinéma, d’esthétiser la souffrance des noirs ? Bigelow était-elle légitime pour faire ce film en tant que femme blanche ? Au delà des polémiques, Detroit reste un grand film sur l’Amérique d’hier, d’aujourd’hui et de demain, où depuis cinquante ans, l’histoire se répète.

Podcast animé par Charline Roux avec Stéphane Moïssakis, David Honnorat et Arnaud Bordas.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Ryan Reynold, Kathryn Bigelow, Démineurs (Kathryn Bigelow, 2008), Paul Greengrass, Ken Loach, Barry Ackroyd, Strange Days (Kathryn Bigelow, 1995), Mark Boal, Spotlight (Tom McCarthy, 2015), La liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993), Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012), Will Poulter, Dead Presidents (Allen Hughes et Albert Hughes, 1995).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Kingsman 2, oubliée la subversion

NoCine E101.mp3

Attention, on spoile. Modérément.
Les Kingsmen sont dans la panade après le bombardement de leur QG, et demandent de l’aide à leurs homologues américains, les Statesmen. Après un premier opus très réussi, c’est une petite douche froide et une légère déception. Matthew Vaughn travaille sur des acquis et manque une occasion de renouveler son style. Les scènes d’actions moins spectaculaires, l’absence de blagues potaches, l’intention pseudo subversive qui tombe dans le normatif habituel : autant de détails qui font imaginer que le film a été réalisé pour le propre plaisir de Vaughn, mais pas celui de son public. Kingsman 2 reste malgré tout un blockbuster décomplexé, dans le haut du panier des productions actuelles, avec un récit consistant qui manie très bien les codes de la culture populaire. Agréable, divertissant, mais sans trop de prise de risque malheureusement.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Kingsman : le cercle d’or (Matthew Vaughn, 2017), Kingsman : services secrets (Matthew Vaughn, 2015), John McTiernan, Detective Dee (Tsui Hark, 2010), X-Men : le commencement (Matthew Vaughn, 2011), Kick-Ass (Matthew Vaughn, 2010), Magic Mike (Steven Soderbergh, 2012), Channing Tatum, Colin Firth, Belle Maman (Gabriel Aghion, 1998), Pédale Douce (Gabriel Aghion, 1996), Jeff Bridges, Ridley Scott, Halle Berry, Samuel Jackson, Austin Powers (Jay Roach, 1997), Mister Bean, Grimsby : agent trop spécial (Louis Leterrier, 2016), Gorgeous (Vincent Kok, 1999), Pacific Rim (Guillermo Del Toro, 2013), Baby Driver (Edgar Wright, 2017), Dernier pub avant la fin du monde (Edgar Wright, 2013),

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Xtra - L'empereur Rochefort

Xtra73 Jean Rochefort.mp3

Xtra73 Jean Rochefort.mp3

Télécharger Télécharger ( 11 Mo )

Le monde du cinéma pleure la disparition de Jean Rochefort, un des rares monuments à parler à toutes les générations de cinéphiles. Et NoCiné pleure aussi. Thomas Rozec et Rafik Djoumi évoquent la place à part que tenait cet acteur dans notre imaginaire collectif à travers ses débuts dans les films de cape et d’épée, ou ses comédies de la fin des seventies dans lesquelles il incarnait le mari infidèle parfait. Il était même devenu malgré lui, l’emblème français dans la guerre que menait jeuxvideo.com contre l’américain 4chan.

CRÉDITS

Enregistré le 09 octobre 2017. Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

NoCiné Club #01 : James Cameron, LucasFilms et rajeunissement numérique

NCC E01.mp3

Nouveau format : on se penche sur l’actualité des films, des réalisateurs, des séries… et on répond en direct aux questions des internautes sur un live YouTube.
Pour cette première édition que vous retrouvez donc en replay audio, trois thèmes d’actualité : le retour de James Cameron aux commandes d’Avatar (pour quatre nouveaux épisodes), et de Terminator (pour un numéro 6 qui est en fait un numéro 3, la fâcheuse tendance chez Disney et LucasFilm à jeter leurs réalisateurs, The Irishman de Martin Scorsese pour Netflix avec ses stars rajeunies numériquement qui illustre la tendance lourde à re-création d’acteurs morts ou trop vieux.

Animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages, Alexandre Hervaud, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Avatar 2 à 5 (2020-2025), Terminator 6 (James Cameron, 2019), Deadpool (Tim Miller, 2016), David S. Goyer, Batman vs Superman (Zack Snyder, 2016), Avatar (James Cameron, 2009), Aliens le retour (James Cameron, 1986), After earth (Night Shyamalan, 2013), Amour (Michael Haneke, 2012), Terminator Genisys (Alan Taylor, 2015), Terminator Renaissance (McG, 2009), It (Andrés Muschietti, 2017), Le labyrinthe de Pan (Guillermo del Toro, 2006), Maximum Overdrive (Stephen King, 1986), Marla Maples, Le Cobaye (Brett Leonard, 1992), Eddie Izzard, Phil Lord, Chris Miller, Colin Trevorrow, J.J. Abrams, Jurassic World (Colin Trevorrow, 2015), Rogue One (Gareth Edwards, 2016), Superman 2 : The Richard Donner Cut (Richard Donner & Richard Lester, 2006), Looper (Rian Johnson, 2012), Breaking bad, Kathleen Kennedy, Stephen Daldry, Alfonso Cuaron, Justice League (Zack Snyder & Joss Whedon, 2017), John Carpenter, New York 1997 (John Carpenter, 1981), Fog (John Carpenter, 1980), Christine (John Carpenter, 1983), Big Trouble in Little China (John Carpenter, 1986), les infiltrés (Martin Scorsese, 2006), Le loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013), Raging Bull (Martin Scorsese, 1980), Ant-Man (Peyton Reed, 2015), Les gardiens de la galaxie 2 (James Gunn, 2017), Kurt Russell, Tango & Cash (Andrey Konchalovsky, 1989), Starman (John Carpenter, 1984), Fast and furious 7 (James Wan, 2015), The irishman (Martin Scorsese, 2018), Gilmore Girls, La fête à la maison, Joy (David O. Russell, 2015), Match retour (Peter Segal, 2013), X-Men 3 (Brett Ratner, 2006), Rock’n Roll (Guillaume Canet, 2016), FIST (Norman Jewison, 1978), Pacific Rim (Guillermo del Toro, 2013), The Indian Runner (Sean Penn, 1990), The Pledge (Sean Penn, 2001), A history of violence (David Cronenberg, 2005), Jessie (Mike Flanagan, 2017), 22.11.63 (2016), The Mist (Christian Torpe, 2017), Dreamcatcher, l’attrape-rêve (Lawrence Kasdan, 2002), Detective Dee et les Quatre Rois (Tsui Hark, 2018), Halloween (David Gordon Green), Halloween : Resurrection (Jamie Lee Curtis, 2002), Busta Rhymes, Halloween 2 (Rob Zombie, 2009), Albert Dupontel, Coexister (Fabrice Eboué, 2017), Le Sens de la fête (Eric Toledano et Olivier Nakache), Pour le réconfort (Vincent Macaigne, 2017), Ready Player One (Steven Spielberg, 2018), Get Out (Jordan Peele, 2017), Predator (Shane Black, 2018), Glass (Night Shyamalan, 2019), Incassable (Night Shyamalan, 2000), Split (Night Shyamalan, 2017).

CRÉDITS

Enregistré le 04 octobre 2017 au théâtre de l’Antenne (10 rue la , Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Blade Runner 2049, réplicant sans répondant

NoCine E100.mp3

Attention, on spoile. Beaucoup.
Officier K, alias Ryan Gosling, androïde qui chasse les anciens replicants tombés dans la clandestinité, tombe sur un secret qui l’envoie sur la piste de l’ancien replicant Rick Deckard / Harrison Ford. Le sequel de Denis Villeneuve avait pour ambition de ressusciter l’univers visuel du chef-d’oeuvre de Ridley Scott, grâce à la photographie de Roger Deakins. Mais il signe un film de presque trois heures sans vie, littéralement mort et pétri de peur, qui ne propose rien tout en prétendant faire référence aux grands noms de la science fiction. Les personnages errent dans un monde stérile et sinistre, fait d’aplats de gris, qui tranche avec le foisonnement lumineux de la ville tentaculaire du “Blade Runner 2019”. Et quand l’intrigue devient rachitique, sans surprise et sans twist, ce n’est plus de l’épure mais tout simplement du vide. Quant à la prestation d’Harrison Ford, elle se passe de commentaires.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Lelo Jimmy Batista, Julien Dupuy, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Blade Runner 2049 (Denis Villeneuve, 2017), Blade Runner (Ridley Scott, 1982), Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Philip K. Dick, 1968), Stanley Kubrick, Andreï Tartovski, Le Corbusier, Prisoners (Denis Villeneuve, 2013), Sicario (Denis Villeneuve, 2015), Roger Deakins, Sean Young, Star Wars, Retour vers le futur 2 (Robert Zemeckis, 1989), Rutger Hauer, Edward James Olmos, Drive (Nicolas Winding Refn, 2011), Nicolas Cage, Jason Statham, Double Impact (Sheldon Lettich, 1990), Alien Covenant (Ridley Scott, 2017), Fantôme contre fantôme (Peter Jackson, 1996), Ghost (Jerry Zucker, 1990), Transformers 4 : l’âge de l’extinction (Michael Bay, 2014), Humphrey Bogart, Le grand sommeil (Howard Hawks, 1946), Premier Contact (Denis Villeneuve, 2016), Soldier (Paul W.S. Anderson, 1998), Event Horizon, le vaisseau de l’au-delà (Paul W.S. Anderson, 1997), Resident Evil (Paul W.S. Anderson, 2002 - 2016), David Webb Peoples, Clint Eastwood, Impitoyable (Clint Eastwood, 1992), Dangerous Days : Making Blade Runner (Charles de Lauzirika, 2007), Une fiancée pas comme les autres (Craig Gillespie, 2007), Spit’N’Split (Jérôme Vandewattyne, 2017).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Jerry Before Seinfeld, petite leçon de comédie

NoCine E99.mp3

Joie du monde moderne, Jerry Seinfeld signe un stand-up special d’une heure sur Netflix, “Jerry before Seinfeld”, visite guidée dans la jeunesse et les débuts de l’actuelle superstar du stand-up. Sur la scène de ses débuts, Jerry ressort ses vannes, son comique d’observation, sa marque de fabrique. Et oui, la machine est bien huilée, impossible de douter de son talent et sa technicité, mais partout transparaît son rapport méticuleux et obsessionnel qu’il entretient avec la comédie. Et à vouloir absolument tout contrôler, Seinfeld dans son egotrip faussement spontané ne se met pas en danger, ne lâche rien et ne se moque pas de lui-même. Légère déception : avec sa recette “humour années 90’s”, Seinfeld ne colle plus totalement à l’époque. Reste une machine de guerre de la comédie, un grand qui n’a plus à prouver la maîtrise de son art, et un bon spectacle malgré tout.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Lelo Jimmy Batista, Yannick Dahan, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Seinfeld (Jerry Seinfeld, 1989- 1998), Amy Schumer : the Leather Special (Amy Schumer, 2017), Comedians in cars getting coffee (Jerry Seinfeld, 2012-2017), The Irishman (Martin Scorsese, 2018), 2017 (Louis C.K., 2017) , The Tonight Show Starring Johnny Carson, Norman fait des vidéos, Comedian (Christian Charles, 2002), Talking Funny (Louis C.K., Ricky Gervais, Chris Rock, John Moffitt, HBO, 2011), Bill Burr, Georges Carlin, Gad Elmaleh, Larry David, Carl Reiner, Mel Brooks, Bill Hicks, Delirious (Eddie Murphy, Bruce Gowers, 1983), Raw (Eddie Murphy, Robert Townsend, 1987), Curb your enthusiasm (Larry David, 2000 - ), Comedy News Weekly (podcast de Dan Gagnon et Anthony Mirelli), Thoughts and Prayers (Anthony Jeselnik, 2015), Saturday Night Live (SNL), Amy Schumer, American Vandal (Dan Perrault & Tony Yacenda, 2017), Superbad (Greg Mottola, 2007), Making a murderer (Laura Ricciardi, 2015).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco <<

LA RECO DE YANNICK DAHAN : le peu connu en France mais grand stand-upeur Bill Hicks, dont certains sketchs sont sur Youtube. Et le spectacle “Raw” d’Eddie Murphy (1987) à trouver en intégralité sur le net, d’un génie absolu.

LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : la 9e saison de “Curb your enthusiasm” de Larry David (Larry et son nombril en VF), dans laquelle Larry David écrit un music-hall sur Salman Rushdie.

LA RECO DE DAVID HONNORAT : le passionnant “Talking Funny”, “special” d’HBO avec Louis C.K., Ricky Gervais, Chris Rock et Jerry Seinfeld qui parlent de comédie entre eux. Et un podcast, “Comedy News Weekly”, qui parle comédie et stand up animé par le québécois Dan Gagnon et Anthony Mirelli.

LA RECO DE LELO JIMMY BATISTA : a voir sur Netflix, le stand-upeur Anthony Jeselnik et son spectacle “Thoughts and Prayers” (2015), et la série American Vandal, mélange entre Superbad et Making a Murderer.

CRÉDITS

Enregistré le 04 octobre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Xtra - L’emprise des ténèbres

NC XB E72.mp3

“The Serpent and the Rainbow” est réédité en Blu-ray chez Wild Side, l’occasion d’évoquer ce film particulier dans la carrière de Wes Craven. Pour ce film, le papa de Freddy Krueger s’est basé sur une oeuvre de Wade Davis, ethnobotaniste passionné par le chamanisme en Haïti, dans laquelle il livre un avis très documenté sur la culture vaudou et son utilisation des plantes, notamment pour réaliser le processus de “zombification”, élément central du film de Wes Craven.

Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

L’emprise des ténèbres (The Serpent and the Rainbow, Wes Craven, 1988), Freddy Krueger, La Colline a des Yeux (Wes Craven, 1977), Scream (Wes Craven, 1996, 1997, 2000, 2011), The Serpent and the Rainbow (Wade Davis, 1985), Jan Kounen, Zombie/Dawn of the Dead (Georges Romero, 1978), Freddy sort de la nuit (Wes Craven, 1994), Les Griffes de la Nuit / A Nightmare on Elm Street (Wes Craven, 1984), L’Amie Mortelle (Wes Craven, 1986), Shocker (Wes Craven, 1989),

CRÉDITS

Enregistré le 13 septembre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Colossal

NC XB E71.mp3

Depuis dix ans, Nacho Vigalondo prouve que les high concept movies, des films portés par un concept scénaristique fort et un angle inattendu, sont compatibles avec les règles des films de genre. Mais pas pour Colossal, son dernier film sorti en e-cinema, agréable certes mais qui montre certaines limites. Anne Hathaway est Gloria, une jeune femme qui sombre doucement dans l’alcoolisme, et qui se rend compte qu’elle est connectée à l’esprit d’un Kaiju eiga, un monstre géant qui vient de surgir sur les côtes sud coréennes. Malgré un casting excellent, le projet reste inabouti. Une curiosité malgré tout.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Timecrimes (Nacho Vigalondo, 2007), Extraterrestre (Nacho Vigalondo, 2011), Open Windows (Nacho Vigalondo, 2013), Godzilla x Mechagodzilla (Masaaki Tezuka, 2002).

CRÉDITS

Enregistré le 13 septembre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Ça, un feel-good horror movie

NoCine E98.mp3

Adaptation du roman culte de Stephen King “It”, “Ça” réalise un carton absolu aux Etats-Unis depuis sa sortie. Dans une banlieue américaine des années 80, des enfants disparaissent, enlevés à tour de bras par Pennywise, un clown polymorphe vivant dans les égouts. Certains d’entre eux lui ayant échappé décident de former un club, et enquêtent pour en savoir plus. De meilleures vannes que dans le roman, quelques jump scare efficaces, “Ça” n’est pas totalement une mauvaise adaptation, avec un récit initiatique autour du passage de l’enfance à l'âge adulte. Mais bémol de taille : le film ne fait pas peur. Aucune transgression, aucun malaise autour de cette maison hantée en carton pâte, et au final une sensation de comédie feel-good rythmée par les punchlines du clown.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Jimmy Batista, Anaïs Bordages, Rafik Djoumi et Julien Dupuy.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Ça (Andrés Muschietti, 2017), Mama (Andrés Muschietti, 2013), It (Stephen King, 1986), Stranger Things (Matt Duffer & Ross Duffer, 2016), I Was a Teenage Werewolf (Michael Landon, 1957), “Il” est revenu (Tommy Lee Wallace, 1990), Guillermo Del Toro, Cary Fukunaga, Barbara Muschietti, Conjuring : Les Dossiers Warren (James Wan, 2013), Freddy A Nightmare on Elm Street (Wes Craven, Jack Sholder, Chuck Russell, Renny Harlin, Stephen Hopkins, Rachel Talalay, Ronny Yu, 1984 - 2010), Watchmen Les Gardiens (Zack Snyder, 2009), The Mist (Frank Darabont, 2007), Les Langoliers (Tom Holland, 1995), Carrie au bal du diable (Brian De Palma, 1976), The Shining (Stanley Kubrick, 1980), The Shining (mini-série de Stephen King, 1997), Rita Hayworth and Shawshank Redemption (Stephen King, 1982), Les Evadés / The Shawshank Redemption (Frank Darabont, 1994), La ligne verte (Frank Darabont, 1999), Dead Zone (David Cronenberg, 1983), Le Cobaye (Brett Leonard, 1992), Tzvetan Todorov, Dreamcatcher (Lawrence Kasdan, 2003), Misery (Rob Reiner, 1990), Stand By Me (Rob Reiner, 1986), Maximum Overdrive (Stephen King, 1999), Monster House (Gil Kenan, 2006), Simetierre (Mary Lambert, 1989), Simetierre 2 (Mary Lambert, 1992), Highlander (Russell Mulcahy, 1986), Killer Klowns from outer Space (Stephen & Charles Chiodo, 1988).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Mother! : allô maman bobo

NoCine E97.mp3

//ALERTE SPOIL//
Retour de Darren Aronofsky avec l’histoire d’un couple, Jennifer Lawrence et Javier Bardem, qui vivent heureux dans une maison isolée jusqu’à l’arrivée d’un couple qui va sérieusement troubler leur tranquillité. Au delà d’une représentation du processus créatif, de la relation entre un artiste et sa muse, on retrouve dans ce huis-clos des métaphores lourdingues, et des références bibliques autour de la création du monde, de la nature martyrisée par les êtres humains. Déplaisant, cruel et violent.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages et Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Requiem for a dream (Darren Aronofsky, 2017), The Wrestler (Darren Aronofsky, 2008), Black Swan (Darren Aronofsky, 2010), Noé (Darren Aronofsky, 2014), The Fountain (Darren Aronofsky, 2006), Rodin (Jacques Doillon, 2017), Antichrist (Lars von Trier, 2009), Pi (Darren Aronofsky, 1998), Primer (Shane Carruth, 2004), Schizophrenia (Gerald Kargl, 1983), Alexandro Jodorowsky, Batman le défi (Tim Burton, 1992), Perfect Blue (Satoshi Kon, 1997), Christopher Nolan.

CRÉDITS

Enregistré le 13 septembre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com