NoCiné

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, t…

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, tous les lundi. Animé en public par Thomas Rozec.

Podcast
En cours de lecture

Les Misérables, la haine en miroir

c73b6b4a-5575-4c3e-b6cc-c145ca9698d1_83f4f934c31015e186aee86230740c4f.mp3

c73b6b4a-5575-4c3e-b6cc-c145ca9698d1_83f4f934c31015e186aee86230740c4f.mp3

Télécharger Télécharger ( 26 Mo )

A la manière d’un Ken Loach, Ladj Ly braque sa caméra sur une société au bord de l’implosion avec “Les Misérables”, récompensé par le prix du Jury à Cannes. L’enfant du collectif Kourtrajmé y suit un flic, campé par Stéphane Bonnard, qui intègre la BAC de Montfermeil. Tout droit débarqué de sa Normandie natale, il y découvre les méthodes musclées d’une brigade qui tente tant bien que mal de maintenir l’ordre jusqu’à ce qu’une interpellation tourne au fiasco.


Ce premier long-métrage en solo est un geste de cinéma autant qu’un geste politique. En filmant une inversion brutale des rapports de force, dans une zone délaissée, maltraitée par les médias, l’héritier de Kassovitz livre un cri du coeur violent. Vingt-cinq ans après La Haine, il parvient à mettre à nouveau en lumière la force de frappe politique d’un cinéma social engagé. Véritable coup de poing, le film n’en soulève pas moins une question cruciale : réussira-t-il à toucher le public concerné ? 


Animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Julie Le Baron et Stéphane Moïssakis.


LES RECOMMANDATIONS 

LA RECO DE STÉPHANE : le film de science-fiction “Simple mortel” de Pierre Jolivet (1991), injustement oublié. 

LA RECO DE JULIE : “Brawl in cell Block 99” de Craig Zahler (2017) de Vince Vaughn. Un film sur la violence débridée.

LA RECO DE PERRINE : “Il y a maldonne” de John Berry (1987) où l’on découvre Clovis Cornillac dans l’un de ses premiers rôles.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

A voix haute (Stéphane de Freitas et Ladj Ly, 2016), La Haine (Mathieu Kassovitz, 1995), Vincent Cassel, le collectif Kourtrajmé, Kim Chapiron, Romain Gavras, Moi, Daniel Blake (Ken Loach, 2016), Sorry we missed you (Ken Loach, 2019), Prince des ténèbres (John Carpenter, 1987), Force majeure (Pierre Jolivet, 1989)


CRÉDITS

NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 14 novembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson et Victor Dubin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache et Roxane Poulain. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Podcast
En cours de lecture

Le Mans 66, Fast and Fabulous

80f5d012-f455-4ce9-a7e5-65a319d47b94_b9250c094c2b77e12f443d10572a1a9a.mp3

80f5d012-f455-4ce9-a7e5-65a319d47b94_b9250c094c2b77e12f443d10572a1a9a.mp3

Télécharger Télécharger ( 30 Mo )

Ford veut détrôner Ferrari sur le mythique circuit des 24 Heures du Mans de l’année 1966. L’ingénieur Carroll Shelby (Matt Damon) et son pilote britannique Ken Miles (Christian Bale) relèvent ce défi, et James Mangold, en portant à l’écran cette histoire, relève le sien. L’intelligence du scénario, la mise en scène époustouflante, font de ce western déguisé une énorme claque. Il y a un plaisir immédiat à décortiquer toutes les oppositions, celle de Ford vs Ferrari, mais aussi celle des deux personnages principaux, une tête brûlée qui parle par son corps face à un diplomate, qui confrontent leur savoir-faire au « faire savoir » de leur écurie commune, Ford. 


Ce film injecté d’humanité est une forme de vestige : celui d’un cinéma qui aligne les millions pour la machinerie, d’un studio qui tente un coup d’éclat avant l’ère du streaming, d’un réalisateur qui retourne une commande pour en faire un travail d’auteur. Il faut faire des films pour demain, et c’en est un. 


Animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson et Stéphane Moïssakis 


LES RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR 

LA RECO DE PERRINE : le film d’animation pour adultes « J’ai perdu mon corps » de Jérémy Clapin (2019), et la superbe scène de rencontre par interphone.  

LA RECO DE STÉPHANE : « Heavy » le premier film de James Mangold (1995), et « Thunderbolt » réalisé par Gordon Chan, avec Jackie Chan « sous pression » en coureur automobile (1995)


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Le Mans 66 (James Mangold, 2019), Matt Damon, Christian Bale, Copland (James Mangold, 1997), Walk the Line (James Mangold, 2005), Logan (James Mangold, 2017), Rush (Ron Howard, 2013), les coureurs de F1 James Hunt et Niki Lauda, Tom Cruise et Brad Pitt, Once upon a time in Hollywood (Quentin Tarantino, 2019), Night and Day (James Mangold, 2010), Une vie volée (James Mangold, 1999), Angelina Jolie, Winona Ryder, Heat (Michael Mann, 1995), Robert De Niro, Al Pacino, Funan (Denis Do, 2018), Persepolis (Marjane Satrapi, 2007), J’ai perdu mon corps (Jérémy Clapin, 2019), Heavy (James Mangold, 1995), Thunderbolt (Gordon Chan, 1995).  


CRÉDITS 

NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin et Mathieu Thevenon. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Podcast
En cours de lecture

Dolemite is Eddie Murphy’s Name

51ddd761-23f9-45c0-b7dc-f885b0808bef_6e465b14756b800a5a5d8a4a6e0a0392.mp3

51ddd761-23f9-45c0-b7dc-f885b0808bef_6e465b14756b800a5a5d8a4a6e0a0392.mp3

Télécharger Télécharger ( 29 Mo )

Raconter l’histoire vraie de Rudy Ray Moore n’était pas une mince affaire. Retracer la vie déjantée de cet acteur signifie aborder un pan entier, parfois oublié, de la contre-culture du cinéma américain des années 1970 : la blaxploitation. Ce courant dont Rudy Ray Moore et son personnage Dolemite deviendront des figures emblématiques.


Pour une si grande ambition, de grands noms étaient nécessaires : Eddie Murphy au premier rang, Larry Karaszewski et Scott Alexander, deux scénaristes habitués du biopic alternatif et enfin, derrière la caméra, Craig Brewer. Il fallait au moins ça pour rendre hommage avec subtilité à l’audace de cette icône et à son processus de création.


Animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Stéphane Moïssakis.


RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒUR


LA RECO DE DAVID : pour creuser le sillon Eddie Murphy, l’épisode « La loi de Murphy » du podcast Le Tchip.


LA RECO DE STÉPHANE : « White Like Me », un sketch d’Eddie Murphy dans l’émission de télévision Saturday Night Live


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Junior le terrible (Dennis Dugan, 1990), The Human Tornado (Cliff Roquemore, 1976), Tommy Wiseau, Dolemite (D’Urville Martin, 1975), Ed Wood (Tim Burton, 1995), Les Nuits de Harlem (Eddie Murphy, 1989)


CRÉDITS

NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin et Mathieu Thévenond. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Podcast
En cours de lecture

Eyes Wide Shut, l’odyssée de l’énigme

8b76a0cd-691e-4d0e-b5f3-1fcdd39acacc_16403edea59ab5fbb3298dea322bc2d6.mp3

8b76a0cd-691e-4d0e-b5f3-1fcdd39acacc_16403edea59ab5fbb3298dea322bc2d6.mp3

Télécharger Télécharger ( 43 Mo )

Comme tous les films qui ne se révèlent qu’avec le temps, le cultissime « Eyes Wide Shut » de Stanley Kubrick provoque encore interrogations, théories conspirationnistes et enquêtes minutieuses. Comme celle du journaliste Axel Cadieux, qui signe l’ouvrage « Le dernier rêve de Stanley Kubrick, Enquête sur Eyes Wide Shut », après avoir rencontré une soixantaine de personnes impliquées sur le tournage. Comment le caractère irréel de la ville new-yorkaise a-t-il été construit ? Où se cache la symbolique de l’arc-en-ciel au fil des plans ? Quelles ultimes modifications Kubrick aurait-il demandé, si son décès avant la fin du montage n’avait pas laissé toutes ces questions en suspens ? 


L’énigme est impossible à résoudre complètement, mais vingt ans après sa sortie, scruter ce monument du patrimoine cinématographique permet, entre autres, de se demander si le tournage n’était pas un Loft Story avant l’heure, et d’évoquer les émois typographiques provoqués par la version bold de Futura au générique. Parfait pour alimenter l’obsession. 


Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi et David Honnorat. 


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Le dernier rêve de Stanley Kubrick, Enquête sur Eyes Wide Shut (Axel Cadieux, éditions Capricci, 2019), Nicole Kidman, Tom Cruise, le journaliste de Libération Didier Péron, Harvey Keitel, Le Magicien d’Oz (Victor Fleming, 1946), le scénariste Frederic Raphael, The Shining (Stanley Kubrick, 1980), Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971), Room 237 (Rodney Ascher, 2012), Jeffrey Epstein, l’affaire sans fin (Programme B, Binge Audio, 2019), Traumnovelle (Arthur Schnitzler, 1926), la photographe Lisa Leone, Leon Vitali, Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958). 


CRÉDITS 

NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Jules Krot Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy

Podcast
En cours de lecture

Terminator, back dans les bacs

49ddd475-dfe0-44a8-8821-053aaee9ae41_b0e16330ff06821bd6027a7c51a9cae4.mp3

49ddd475-dfe0-44a8-8821-053aaee9ae41_b0e16330ff06821bd6027a7c51a9cae4.mp3

Télécharger Télécharger ( 52 Mo )

(Attention, spoiler Schwarzeneggeresque à la fin de l’épisode)

Fiévreux, fauché et fana de SF, James Cameron, une nuit, rêve d’un torse tout fait de chrome. Juste après une explosion nucléaire, le buste métallique, désarticulé surgit des flammes et s’avance lentement dans un nuage de cendres. C’est cette vision qui est à l’origine de la saga que tout le monde connaît. C’est cette vision qui donnera naissance à l’une des plus grandes figures tutélaires du cinéma.


Malgré un budget riquiqui et des conditions de tournage compliquées, le premier volet remporte, dès sa sortie, en 1984, un succès tonitruant. Succès qui permet au réalisateur d’avoir les moyens de ses ambitions pour le deuxième film. Terminator se mue alors en blockbuster. Suivra T3,T4, T5 et enfin, Dark Fate. Hasta la vista, baby ?


Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Julie Le Baron et Stéphane Moïssakis.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

The Terminator (James Cameron, 1984), Tim Miller, Arnold Schwarzenegger, Short Circuit (John Badham, 1986), Terminator Genisys, fatal reboot (NoCiné, Binge Audio, 2015), Terminator 2 : Le Jugement dernier (James Cameron, 1991), Terminator 3 : Le Soulèvement des machines (Jonathan Mostow, 2003), Terminator Renaissance (McG, 2009), Terminator Genisys (Alan Taylor, 2015)


CRÉDITS

NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Jules Krot Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy