NoCiné

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, t…

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, tous les lundi. Animé en public par Thomas Rozec.

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Série Noire

NC XB Serie noire.mp3

NC XB Serie noire.mp3

Télécharger Télécharger ( 21 Mo )

A l’occasion de sa ressortie en salle, retour sur “Série Noire”, un film d’Alain Corneau qui en dit long sur la France de la fin des années 70. Adapté du roman de gare “Une femme d’enfer” de Jim Thompson, le long-métrage nous emmène sur les traces de Franck, représentant de commerce au bord de la crise de nerfs interprété par Patrick Dewaere. Il rencontre Mona, alias Marie Trintignant, une jeune prostituée avec laquelle il s’embarque dans une virée criminelle romanesque. Sorti après les trentes glorieuses et le premier choc pétrolier, le film est empreint de la morosité de cette période grise de la fin du 20ème siècle. Comme de nombreux long-métrages de la même époque, “Série Noire” se réapproprie une littérature jugée bas de gamme pour insuffler quelque chose de très français à cette ambiance de roman noir. Un film français emblématique qui n’a pas vieilli.

Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
Séries Noires (Alain Corneau, 1979), Patrick Dewaere, Marie Trintignant, Une femme d’enfer (Jim Thompson, 1954), Georges Perec, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Myriam Boyer, John Cassavetes, Les Valseuses (Bertrand Blier, 1974), Guet-apens (Sam Peckinpah, 1972), Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981), À bout de souffle (Jean-Luc Godard, 1961), Tirez sur le pianiste (François Truffaut, 1960), Pottsville, 1280 (Jim Thompson, 1964), Michel Audiard, Bernard Blier

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

The Strangers: Prey at Night, pur slasher sans prétention

NoCine E135.mp3

Dix ans après le premier opus de The Strangers, Johannes Roberts reprend la franchise et sort un second épisode en toute humilité : Prey at Night. Le trio de tueurs masqués est de retour pour tourmenter une famille d’honnêtes américains venus camper dans un parc de mobil-homes désert. Si les personnages sont assez inintéressants et que le film n'invente pas grand chose, il a toutefois le mérite d’être un bon slasher. Le réalisateur prend très au sérieux ce genre disparu et massacré dans les années 90. Le film joue la carte de la terreur lente plutôt que des mises à mort à répétition, les tueurs sont purement diaboliques, sans bagage psychologique, et Johannes Roberts évite de se lancer, entre deux massacres, dans des métaphores douteuses sur l’Amérique d’aujourd’hui. Un exercice de style perfectible mais très respectueux de ce sous-genre du film d’horreur.

Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
The Strangers: Prey at Night (Johannes Roberts, 2018), The Strangers (Bryan Bertino, 2008), Roadkill (Johannes Roberts, 2011), In the deep (Johannes Roberts, 2017), F (Johannes Roberts, 2010) Bailee Madison, Christina Hendricks, Martin Henderson, Emma Bellomy, Scream (Wes Craven, 1996), Urban Legend (Jamie Blanks, 1999), Conjuring (James Wan, 2013), Brian Bertino, John Carpenter, Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1982), Happy Birthdead (Casey Patrick Tebo, 2016), Family Portrait (Douglas Buck, 2004), Abel Ferrara, The Monster (Bryan Bertino, 2017)

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE JULIEN DUPUY : “The Monster” de Bryan Bertino (2017), une mère et sa fille immobilisées lors d’un road trip et qui se retrouvent coincées dans leur voiture avec une créature qui rôde.

LA RECO DE DAVID HONNORAT : “Family Portrait” de Douglas Buck (2004), un film en trois parties qui explore l’horreur de la famille américaine.

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

L’Île aux chiens, un nouveau souffle pour Wes Anderson

NoCine E134.mp3

Ce nouveau film le confirme : l’animation est surement le format qui va le mieux à Wes Anderson. L’histoire se déroule sur Trash Island, une île où sont mis en quarantaine tous les chiens de Megasaki, une ville imaginaire frappée par une grippe canine. Contrarié de voir son fidèle compagnon exilé de force, un jeune garçon s’envole pour l’île et va découvrir que cette histoire de quarantaine cache un secret bien plus sombre. Alors que Wes Anderson nous avait habitué jusque là à une esthétique de maison de poupée, il nous propulse ici dans l’univers crasseux des chiens de la casse. Le travail des équipes d’animation est impressionnant dans ce film en image par image avec beaucoup de détails et d’effet spéciaux. Dans les visuels comme dans l’histoire, le réalisateur parvient à se réapproprier ce qui fait le sel de l’art nippon avec beaucoup de respect et sans essayer de “se faire passer pour un japonais”. Un nouveau souffle pour le cinéma de Wes Anderson qui en avait bien besoin.

Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

L'Île aux chiens (Wes Anderson, 2018), Bryan Cranston, Scarlett Johansson, Edward Norton, Liev Schreiber, Jeff Goldblum, Bill Murray, Tilda Swinton, Vincent Lindon, Isabelle Huppert, Romain Duris, Léa Seydoux, Mathieu Amalric, Yvan Attal, Jean-Pierre Léaud, Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2013), La Famille Tenenbaum (Wes Anderson, 2001), La Vie aquatique (Wes Anderson, 2003), Moonrise Kingdom (Wes Anderson, 2012), Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson, 2009), Akira Kurosawa, Hayao Miyazaki, Travis Knight, Tim Burton, L'Étrange Noël de monsieur Jack (Tim Burton, 1994), Ready Player One (Steven Spielberg, 1994), Roald Dahl, Paul Verhoeven, Le Grand Frisson (Mel Brooks, 1977), Ryūichi Sakamoto, Germinal (Claude Berri, 1993)

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE JULIEN DUPUY : Un film qui n’existe pas encore “Mad” God de Phil Tippett.

LA RECO DE DAVID HONNORAT : “L’incroyable voyage” de Duwayne Dunham (1993), un autre film où les animaux parlent.

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

NoCiné Club #07 : Gilliam le maudit, Netflix le paria, Blomkamp le sorcier

NoCine Club E07.mp3

NoCine Club E07.mp3

Télécharger Télécharger ( 120 Mo )

Si vous avez raté le direct du NoCiné Club #07, petit retour en podcast sur l’actualité des films, des réalisateurs...

Verra-t-on un jour « L’homme qui tua Don Quichotte » de Terry Gilliam ? Souvenons-nous de ce qui fait de ce film un projet maudit : un tournage catastrophique et abandonné en 2000 avec Jean Rochefort, une tentative avortée de remonter le projet, un tournage en 2017 avec Adam Driver et Jonathan Pryce qui va finalement à son terme mais un film dont la sortie est maintenant bloquée après une brouille entre Gilliam et son producteur. En fait, la vraie question à laquelle tentent de répondre nos chroniqueurs est la suivante : a-t-on vraiment envie de voir ce film désormais ?

La prochaine sélection du Festival de Cannes, est l’occasion d’une nouvelle polémique avec Netflix. Alors que le géant américain de la SVOD attire toujours plus de grands noms de la réalisation et qu’il avait déjà bouleversé la critique et le public cannois l’an dernier avec « Okja », il refuse les nouvelles règles du jeu fixées par le festival pour imposer en sélection des films devant obligatoirement sortir en salles. Netflix ne sera donc pas présent à Cannes. Ni en compétition. Ni hors compétition. Un jeu de dupes à l’heure d’une chronologie des médias dépassée. Car le cinéma peut aujourd’hui naître ailleurs que dans une salle.

Question de nouveaux usages encore… Le talentueux Neill Blomkamp ne cesse de vouloir retrouver sa fougue originelle avec OATS Studios, un laboratoire expérimental où il fabrique ses courts-métrages et d’où partira son prochain long-métrage. Il fera même appel au crowdfunding pour le financer et utilisera des plateformes comme Twitch pour présenter ses projets. A-t-il tout compris ?

Sans oublier les questions des internautes (à partir de 1h). L'occasion de répondre aux critiques après l'émission consacrée à « Ready Player One ».

Podcast animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi, Julien Dupuy et David Honnorat.

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11e). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Spécial - Isao Takahata

NoCine E133.mp3

Le 5 avril 2018, un grand nom du cinéma international tirait sa révérence. Isao Takahata, un des piliers fondateurs des studios Ghibli aura permis à l’animé japonais de s’extirper du statut de curiosité et de s’affirmer comme un véritable genre cinématographique. Si son style est moins identifiable que celui de son confrère Hayao Miyazaki, c’est que tout au long de sa vie, le réalisateur obsédé par l’idée de capturer la réalité aura essayé d’expérimenter de nouvelle techniques, de créer de nouvelles esthétiques. Du “Tombeau des Lucioles” à “Pompoko”, retour sur la carrière et les inspirations d’Isao Takahata, l’initiateur de l’animé japonais à travers le monde.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi et Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Isao Takahata, Le Tombeau des lucioles (Isao Takahata, 1996), Hayao Miyazaki, Le Roi et l’Oiseau (Paul Grimault, 1953), Jacques Prévert, Soyouzmoultfilm, Iouri Borissovitch Norstein, Le studio Ghibli, Horus le Prince du Soleil (Takahata, 1968), Heidi (Takahata, 1974), Princesse Mononoké (Hayao Miyazaki, 2000), Akira Toriyama, Kié la petite peste (Isao Takahata, 1981), Mon voisin Totoro (Hayao Miyazaki, 1999), Panda Petit Panda (Isao Takahata, 1972), Pompoko (Isa Takahata, 1994), Nos voisins les hommes (Tim Johnson, Karey Kirkpatrick, 2006), Le Conte de la princesse Kaguya, (Isao Takahata, 2014) L'Histoire du canal de Yanagawa (Isao Takahata, 1987)

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

La mort de Staline : petits meurtres entre camarades

NC Mort de Staline.mp3

NC Mort de Staline.mp3

Télécharger Télécharger ( 24 Mo )

Spécialiste de la satire politique au cinéma, Armando Iannucci revient avec humour et une bonne dose de mauvais esprit sur la mort du légendaire leader communiste. Très librement inspirée de faits réels, cette adaptation de la BD éponyme raconte à sa façon l’histoire mouvementée de la sanglante succession de Joseph Staline. Interdit en Russie, le film passe par l’absurde pour se moquer avec virulence de la politique de l’URSS. On y retrouve les joutes verbales acérées qui font la patte d’Armando Iannucci. Mais à la différence de ses autres films, le réalisateur transpose aussi cette violence dans les gestes et les actes de ses personnages, dont la seule motivation est de rester vivant à la fin du film. Les acteurs américains ne se donnent pas la peine de changer qui ils sont ni leur accent, ce qui n’affecte en rien leur jeu particulièrement brillant et rajoute même une couche d’autodérision à cette comédie politique déjantée.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Alexandre Hervaud, Daniel Andreyev, Lelo Jimmy Batista et Perrine Quennesson

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE LELO JIMMY BATISTA : “Le Cher Disparu” de Tony Richardson (1965)

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : “In The Loop”, une excellente comédie d’Armando Iannucci (2009)

LA RECO D’ALEXANDRE HERVAUD : “Alan Partridge: Alpha Papa” de Declan Lowney, avec le célèbre personnage outre-manche inventé par Armando Iannucci et Steve Coogan.

LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : Les contes de Korneï Ivanovitch Tchoukovski, passés au travers des mailles du filet de la censure.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

La Mort de Staline (Armando Iannucci, 2017), La mort de Staline (Thierry Robin, 2010), Veep (Armando Iannucci, 2012), Julia Louis-Dreyfus, Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Michael Palin, Andrea Riseborough, Jeffrey Tambor, Olga Kurylenko, Monty Python, In The Loop (Armando Iannucci, 2009), The Thick of It (Armando Iannucci, 2005-2012), Ian Martin, Paddy Considine, Jason Isaacs, Aaron Sorkin, Battle Royale (Kinji Fukasaku, 2000), À la poursuite d'Octobre rouge (John McTiernan, 1990), Dany Boon, Nicolas et Bruno, Michel Hazanavicius, Steve Coogan

CRÉDITS

Enregistré le 29 mars 2018 au Ground Control (Paris 12eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Sébastien Salis. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Beowulf 3D

Extra - Beowulf 3D.mp3

Extra - Beowulf 3D.mp3

Télécharger Télécharger ( 17 Mo )

A l’occasion d’une projection au Club de l’Etoile, retour sur un film sous-estimé qui marque pourtant une révolution technologique et artistique.

Nous parlons cette fois de la version 3D de « Beowulf » de Robert Zemeckis, sortie en 2007. Né un peu par hasard d’une discussion entre Neil Gaiman et Roger Avary, le scénario adaptant un poème épique a permis au réalisateur américain de mettre en pratique sa technique de « performance capture », devenue une norme aujourd’hui. Mais à l’époque, il s’agissait d’une première devant mettre la technologie au service de l’histoire et du réalisateur. Tout comme la version 3D qui permet de mieux comprendre le film.

Avec un casting en or (Angelina Jolie, Anthony Hopkins…), cette histoire de guerrier viking dans de sauvages contrées du Nord aurait dû être un succès. Ce n’a pas été le cas. Le public comme la critique sont passés à côté, notamment parce qu’en France il était surtout disponible en 2D. Il fallait rendre justice à ce film. C’est fait avec ce podcast de NoCiné.

« Beowolf 3D » fait partie d’une série de projections programmées par le Club de l’Etoile avec NoCiné et BiTS. A venir prochainement : 

Samedi 5 mai 2018 : “Last Action Hero” de John McTiernan

Samedi 16 juin 2018 : “Evil Dead II” de Sam Raimi

Podcast animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994), Jabberwocky (Terry Gilliam, 1977), Forrest Gump (Robert Zemeckis, 1994), Apparences (Robert Zemeckis, 2000), Le Pôle Express (Robert Zemeckis, 2004), Le 13ème Guerrier (John McTiernan, 1999), Les Deux Tours (Peter Jackson, 2002), Avatar (James Cameron, 1997), Titanic (James Cameron, 1997), Retour vers le futur (Robert Zemeckis, 1985)

CRÉDITS

Enregistré le 7 avril 2018 au Club de l’Etoile (Paris 17eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Sébastien Salis. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Le fantastique français émerge de la brume

NoCine  - Dans la brume.mp3

NoCine - Dans la brume.mp3

Télécharger Télécharger ( 18 Mo )

Dans sa nouvelle production franco-canadienne "Dans la brume", Daniel Roby tente de donner un nouveau souffle au genre et assume un film catastrophe ambitieux, vicié et travaillé de l’intérieur. Il y raconte l’histoire d’un brouillard mystérieux et toxique qui se met à sortir des égouts et à inonder les rues de Paris poussant ainsi la population à se réfugier dans les hauteurs et à organiser sa survie. Malgré des effets spéciaux ratés, un Romain Duris qui sonne assez faux et une mise en scène impersonnelle, “Dans la Brume” réussit l’essentiel. Daniel Roby pose le contexte et les enjeux du film dès les dix premières minutes et travaille avec intensité l’imagerie parisienne. Quant au scénariste, Guillaume Lemans, il joue avec adresse avec les phobies des parisiens, allant jusqu’à faire naître des peurs nouvelles. Et c’est peut-être là que réside le génie du cinéma de genre.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Daniel Roby, Romain Duris, Olga Kurylenko, La Peau Blanche (Daniel Roby, 2004), Guillaume Lemans, Fred Cavayé, Pour elle (Fred Cavayé, 2008), À bout portant (Fred Cavayé, 2010), Mea Culpa (Fred Cavayé, 2014), Burn Out (Yann Gozlan, 2017), La nuit a dévoré le monde (Dominique Rocher, 2018), Arsène Lupin (Jean-Paul Salomé, 2004), Kounen, Le pacte des Loups (Christophe Gans, 2001), Belphégor, le fantôme du Louvres (Jean-Paul Salomé, 2001)

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE JULIEN DUPUY : La version noir et blanc de “The Mist” de Frank Darabont (2007), une des meilleures adaptations de Stephen King et une vraie sensation de fin du monde.

LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : “Au-delà” de Clint Eastwood (2011) ou “The Impossible” de Juan Antonio Bayona (2012), un film catastrophe beaucoup plus dur.

CRÉDITS

Enregistré le 29 mars 2018 au Ground Control (Paris 12eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Sébastien Salis. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Ode à Spielberg

NoCiné - Ready Player One.mp3

NoCiné - Ready Player One.mp3

Télécharger Télécharger ( 45 Mo )

“Ready Player One” est enfin en salle, le grand jour est arrivé où toute l’équipe de NoCiné va pouvoir hurler pendant 1h son amour pour Steven Spielberg. Les attentes autour du film étaient énormes mais le contrat est rempli. Le grand maître de la science-fiction nous plonge en 2045 sur une planète Terre très abîmée par les changements climatiques, la pauvreté et les crises en tout genre. Pour échapper à cette réalité sordide, la plupart des gens s’évadent dans l’Oasis, un jeu en ligne en réalité virtuelle devenu une vraie société parallèle. Mais ce monde risque de basculer quand son créateur James Halliday est sur le point de mourir. Pour protéger l’Oasis, une résistance s’organise dans laquelle Wayde interprété par Tye Sheridan se retrouve embarqué. Plein de références nostalgiques, le film est aussi tourné vers l’avenir et interroge les enjeux liés aux nouvelles technologies. Spielberg, hyper conscient de l’héritage qu’il va léguer au cinéma, propose dans ce long-métrage ce qu’il sait faire de mieux : faire entrer l’univers geek dans la culture de masse.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Julien Dupuy, Alexandre Hervaud, David Honnorat, Stéphane Moïssakis, Rafik Djoumé

CRÉDITS

Enregistré le 29 mars 2018 au Ground Control (Paris 12eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Sébastien Salis. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Annihilation, faussement complexe

NoCiné Ep129 - OK.mp3

NoCiné Ep129 - OK.mp3

Télécharger Télécharger ( 16 Mo )

Dans sa nouvelle production sur Netflix, Alex Garland le réalisateur d’Ex Machina revient sur un thème classique du cinéma : l’irruption de forces inconnues dans notre monde. Avec Natalie Portman en tête d’affiche, le film raconte l’histoire de Lena, une biologiste embarquée dans une zone sinistrée le long des côtes américaines dans laquelle son mari a disparu. Dans cet espace en quarantaine, elle devra faire face à toutes sortes de dangers qui s'attaqueront aussi bien à son intégrité physique que mentale. Scénariste avant tout, Alex Garland pose un contexte intéressant aux enjeux ambitieux, le tout dans des décors très impressionnants. Et pourtant le long-métrage manque finalement de complexité. Le canevas classique des personnages qui découvrent des éléments surnaturels et vont essayer de les comprendre est peu renouvelé et les personnages sont assez creux. Le film se donne des airs de grande réflexion métaphysique mais manque un peu de bases réflexives à l’interprétation. Malgré tout, le film racheté par Netflix car “trop compliqué” pour être distribué en salle reste un beau divertissement dans lequel chacun peut se retrouver.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages et Yannick Dahan.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Annihilation (Alex Garland, 2018), Natalie Portman, Oscar Isaac, Ex Machina (Alex Garland, 2015), 28 jours plus tard (Danny Boyle, 2002), Sunshine (Danny Boyle, 2007), La Plage (Danny Boyle, 2000), Black Panther (Ryan Coogler, 2018), Blacksploitation, Stanley Kubrick, Never Let Me Go (Mark Romanek, 2010), The Thing (John Carpenter, 1982), Blair Witch Project (Eduardo Sánchez, Daniel Myrick, 1999), Alien (Ridley Scott, 1979), Barbarella (Roger Vadim, 1968), 2001, l'Odyssée de l'espace (Stanley Kubrick, 1968), Tessa Thompson, Gina Rodriguez, Mother (Darren Aronofsky, 2017), Bright (David Ayer, 2017), The Happening (M. Night Shyamalan, 2008), The Shining (Stanley Kubrick, 1980), Carey Mulligan, Keira Knightley

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE ANAÏS BORDAGES : Alamo Drafthouse Cinema, une chaîne de cinéma américaine faite pour les cinéphiles qui organise des sortes de happenings lors de projection de films cultes

LA RECO DE YANNICK DAHAN : “Never let me Go” de Mark Romanek (2010), avec d’excellentes actrices

CRÉDITS

Enregistré le 15 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - À Fleur De Peau

Xtra 93 - A Fleur de Peau.mp3

Xtra 93 - A Fleur de Peau.mp3

Télécharger Télécharger ( 10 Mo )

À l’occasion de sa réédition en Blu-Ray chez “Elephant”, retour sur ce thriller expérimental de la fin des années 90 signé Steven Soderbergh. “The Endernis”, ou “A fleur de peau” dans sa version française, parle du retour d’un homme dans sa ville natale du Texas qu’il avait quitté précipitamment suite à une histoire de dette de jeu. Il y retrouve son ex-femme qui a refait sa vie mais la passion va reprendre entre les deux amants, entraînant une succession de complications et de conflits. Réadaptation du film “Criss Cross” de Robert Siodmak sorti en 1949 et que l’on retrouve aussi dans le DVD, le long-métrage de David Soderbergh va jusqu’à refaire plan pour plan des scènes cultes du film de départ. Mais en essayant de se réapproprier le matériau d’origine tout en s’en distinguant par un ton expérimental, “A fleur de peau” rate le coche du film noir et se confond dans la vague des thrillers érotiques douteux des années 90. L’intérêt de la réédition est donc bien de pouvoir comparer ces deux versions de la même histoire mais aussi d’assister aux premières des expérimentations de Soderbergh en termes de travail de l’image et des couleurs : les prémices de ce qui fera la patte du célèbre réalisateur.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

A fleur de peau (Steven Soderbergh, 1996), Elephant Film, Peter Gallagher, Alison Elliott, Tous des vendus ! (don tracy, 1948), Criss Cross/Pour toi j’ai tué (Robert Siodmak, 1949), Burt Lancaster, Yvonne De Carlo, Out of Sight (Steven Soderbergh, 1998), Logan Lucky (Steven Soderbergh, 2017), Basic Instinct, Sang chaud pour meurtre de sang-froid (Phil Joanou, 1992), Kim Basinger, Richard Gere, Brian De Palma, Solaris (Steven Soderbergh, 2002), Andreï Tarkovski, Schizopolis (Steven Soderbergh, 1996)

CRÉDITS

Enregistré le 15 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Camille Regache & Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Un raccourci dans le temps, le féminisme passé au filtre Disney

NC #127 - Un raccourci dans le temps .mp3

NC #127 - Un raccourci dans le temps .mp3

Télécharger Télécharger ( 21 Mo )

Dans sa dernière création estampillée Disney, Ava DuVernay s’attaque à un des grands fantasmes du cinéma : le voyage à travers le temps et l’espace. Et on aurait pu y croire si le film, qui manque cruellement de subtilité, n’avait pas tourné au pep talk noyé sous une avalanche de bon sentiments.

“Un raccourci dans le temps” est l’adaptation du livre du même nom, une référence absolue de la littérature enfantine aux Etats-Unis. L’histoire est celle d’une fratrie d’adolescents qui partent à la recherche de leur père scientifique disparu et dont l’évaporation semble être en lien avec ses recherches sur l’univers et les mondes parallèles. Avec une jeune fille noire comme protagoniste et un discours général sur l’acceptation de soi pour les jeunes adolescents, l’adaptation du livre semblait prometteuse et pourtant… On gave le spectateur d’un discours féministe prémâché, à coup de “motivational quotes” déjà vues et entendues des centaines de fois. Et le propos martelé prend le dessus sur l’histoire qui passe complètement au second plan. Le film ne se rattrape pas non plus sur sa réalisation : les effets spéciaux restent assez médiocres et les images fatiguantes à regarder. Très simpliste, le film à au moins le mérite de poser des questions sur la représentation des petites filles au cinéma et tente de vaincre, à sa façon, les clichés sexistes.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson et Anaïs Bordages.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Un raccourci dans le temps (Ava DuVernay, 2018), A Wrinkle in Time (Madeleine L'Engle, 1962), Storm Reid, Chris Pine, Oprah Winfrey, Mindy et Reese Witherspoon, Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Black Panther (Ryan Coogler, 2018), SELMA (Ava DuVernay, 2015), Le 13e (Ava DuVernay, 2016), Tomorrowland (Brad Bird, 2015)

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO D'ANAÏS BORDAGES : “Le 13e”, un documentaire sur l’histoire de la violence envers les noirs par Ava Duvernay dont la filmographie ne laissait pas présager qu’elle irait sur le terrain du conte pour enfant.

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : “Tomorrowland” de Brad Bird sorti en 2015 par les studios de Disney. Héroïne féminine férue de science et qui se retrouve embarquée dans un monde qu’elle ne connait pas et qui doit relever une série de défis pour arriver à sauver l’humanité.

CRÉDITS

Enregistré le 15 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Pacific Rim Uprising, ou comment passer à côté du mythe

NO CINE 128 - Pacific Rim Uprising.mp3

NO CINE 128 - Pacific Rim Uprising.mp3

Télécharger Télécharger ( 33 Mo )

Cinq ans après un premier épisode signé Guillermo Del Toro, Steven S. DeKnight passe derrière la caméra pour en réaliser la suite et confirme une règle tacite : les numéros 2 sont toujours moins bons que les premiers.
“Pacific Rim, Uprising” raconte l’histoire de Jake Pentecoste, fils du maréchal Pentecoste héros du premier film. Après avoir mal tourné, le jeune homme va devoir renouer avec l’héritage familial pour aider l’humanité face à une nouvelle invasion des kaijus. En plus de la normalisation de l’univers du film, la mythologie propre à Pacific Rim semble disparaître totalement dans cette superproduction assez quelconque. La rouille, les kaijus, les paysages industriels en déliquescence disparaissent au profit des standards esthétiques du film d’action hollywoodien. En tentant de rendre le film plus grand public, Steven S.Knight ne parvient à réaliser qu’un sequel sans personnalité et bourré de personnages stéréotypés et très peu drôles. On en viendrait presque à espérer que le film se plante pour que Guillermo del Toro n’ait plus jamais à subir ça.

Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat, Perrine Quennesson et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Pacific Rim, Uprising (Steven S. DeKnight, 2018), Guillermo Del Toro, John Boyega, Idris Elba, Rinko Kikuchi, Charlie Day, Burn Gorman, Buffy contre les vampires (Joss Whedon, 1997), Angel (Joss Whedon, 1999), Smallville (Alfred Gough et Miles Millar, 2007), Pacific Rim (Guillermo Del Toro, 2013), Roland Emmerich, Marie-Pierre Casey (https://www.youtube.com/watch?v=fhI1zeDwoI0), Transformers (Michael Bay, 2007), L’arme fatale (Richard Donner, 1987), James Cameron, Over the Top (Menahem Golan, 1987), Real Steel (Shawn Levy, 2011), Space Cowboys (Clint Eastwood, 2000), Firefox, l’arme absolue (Clint Eastwood, 1987), Gilmore Girls (Amy Sherman-Palladino, 2000), Marvelous Mrs. Maisel (Amy Sherman-Palladino, 2018)

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : “Real Steel “ de Shawn Levy (2011) avec Hugh Jackman.

LA RECO DE STEPHANE MOÏSSAKIS : ‘Firefox, l’arme absolue” de Clint Eastwood (1987), mi-film d’espionnage, mi-film d’action pétaradant.

LA RECO DE DAVID HONNORAT : La nouvelle série de Amy Sherman-Palladino sur Amazon Prime, “Marvelous Mrs. Maisel”

CRÉDITS

Enregistré le 20 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Ghostland

Xtra 92 - Ghostland.mp3

Xtra 92 - Ghostland.mp3

Télécharger Télécharger ( 9,3 Mo )

Violent et fascinant, le 4eme long-métrage de Pascal Laugier mérite les multiples prix Gérardmer qu’il a reçu cet hiver. Le film raconte l’histoire de Pauline, interprétée par Mylène Farmer (rien que ça), qui hérite d’une maison et s’y installe avec ses deux filles. Mais des tueurs investissent les lieux et Pauline va devoir les affronter pour sauver sa famille qui n’en sortira pas indemne. Seize ans plus tard, le traumatisme ressurgit quand les trois femmes se réunissent à nouveau dans la maison et que les bizarreries reprennent.

Le film écrit et réécrit ne laisse pas de place au superflu et il faut tenir la cadence durant ces 1h30 de cinéma hyper compact et puissant. Si Laugier avait habitué le public à une violence assez frontale, il change de stratégie dans “Ghostland” où tout est suggéré. Les plans et le son laissent le spectateur deviner la brutalité des images sans qu’il ne la voit vraiment. Une fois de plus ce sont des personnages féminins très forts qui sont au coeur du film et qui, au delà des attaques auxquelles elles font face, portent un discours sur le traumatisme et les façons d’y survivre. Dans la veine de “Grave” ou “Revenge”, la qualité de ce film laisse présager un nouvel élan du cinéma de genre français.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Ghostland (Pascal Laugier, 2018), Mylène Farmer, Saint Ange (Pascal Laugier, 2003), Martyrs (Pascal Laugier, 2008), The Secret (Pascal Laugier, 2012), Laurent Boutonnat, Rob Zombie, Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1982), The Devil’s Reject (Rob Zombie, 2006), Halloween (Rob Zombie, 2007), L’Antre de la Folie (John Carpenter, 1995), Howard Phillips Lovecraft, Stephen King, Xavier Dolan, Prix Gérardmer, Grave (Julia Ducournau, 2016), Revenge (Coralie Fargeat, 2017), La nuit a dévoré le monde (Dominique Rocher, 2018)

CRÉDITS

Enregistré le 15 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Camille Regache & Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Tomb Raider

Xtra 91 - Tomb Raider.mp3

Xtra 91 - Tomb Raider.mp3

Télécharger Télécharger ( 15 Mo )

(ATTENTION SPOILER)

Les aventures de Lara Croft sont portées pour la 3ème fois au cinéma et une fois de plus, le film n’est pas à la hauteur du jeu mythique. Quinze ans après la sortie du dernier épisode en date, c’est l’actrice oscarisée Alicia Vikander qui endosse le rôle de la célèbre archéologue dans un reboot réalisé par le norvégien Roar Uthaug. Inspiré du jeu “Tomb Raider: The Definitive Edition” sorti en 2013, le film raconte comment Lara Croft part à la recherche d’un tombeau mythique japonais pour poursuivre la quête de son père décédé et empêcher, au passage, que le monde ne bascule dans le chaos. Mais le film ne ressemble à rien de plus qu’à une version édulcorée et cheap du jeu. La portion congrue de l’histoire prend le dessus sur l’épique et la violence et tout le parcours progressif de construction du personnage qui faisait le sel du jeu est passé à la trappe. Malgré l’interprétation crédible d’Alicia Vikander dans le rôle d’aventurière en devenir, le film est plutôt décevant et passe à côté des enjeux et de l’histoire du “Tomb Raider” de 2013.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Tomb Raider (Roar Uthaug, 2018), The Danish Girl (Tom Hooper, 2015), Lara Croft: Tomb Raider (Simon West, 2001), Tomb Raider: Le berceau de la vie (Jan de Bont, 2003), Alicia Vikander, Roar Uthaug, Tomb Raider: The Definitive Edition (Crystal Dynamics, 2013), Walton Goggins, The Shield

CRÉDITS

Enregistré le 15 mars 2018 à l’Antenne (Paris 10eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Camille Regache & Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.