NoCiné

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, t…

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, tous les lundi. Animé en public par Thomas Rozec.

Podcast
En cours de lecture

Ça, un feel-good horror movie

NoCine E98.mp3

Adaptation du roman culte de Stephen King “It”, “Ça” réalise un carton absolu aux Etats-Unis depuis sa sortie. Dans une banlieue américaine des années 80, des enfants disparaissent, enlevés à tour de bras par Pennywise, un clown polymorphe vivant dans les égouts. Certains d’entre eux lui ayant échappé décident de former un club, et enquêtent pour en savoir plus. De meilleures vannes que dans le roman, quelques jump scare efficaces, “Ça” n’est pas totalement une mauvaise adaptation, avec un récit initiatique autour du passage de l’enfance à l'âge adulte. Mais bémol de taille : le film ne fait pas peur. Aucune transgression, aucun malaise autour de cette maison hantée en carton pâte, et au final une sensation de comédie feel-good rythmée par les punchlines du clown.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Jimmy Batista, Anaïs Bordages, Rafik Djoumi et Julien Dupuy.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Ça (Andrés Muschietti, 2017), Mama (Andrés Muschietti, 2013), It (Stephen King, 1986), Stranger Things (Matt Duffer & Ross Duffer, 2016), I Was a Teenage Werewolf (Michael Landon, 1957), “Il” est revenu (Tommy Lee Wallace, 1990), Guillermo Del Toro, Cary Fukunaga, Barbara Muschietti, Conjuring : Les Dossiers Warren (James Wan, 2013), Freddy A Nightmare on Elm Street (Wes Craven, Jack Sholder, Chuck Russell, Renny Harlin, Stephen Hopkins, Rachel Talalay, Ronny Yu, 1984 - 2010), Watchmen Les Gardiens (Zack Snyder, 2009), The Mist (Frank Darabont, 2007), Les Langoliers (Tom Holland, 1995), Carrie au bal du diable (Brian De Palma, 1976), The Shining (Stanley Kubrick, 1980), The Shining (mini-série de Stephen King, 1997), Rita Hayworth and Shawshank Redemption (Stephen King, 1982), Les Evadés / The Shawshank Redemption (Frank Darabont, 1994), La ligne verte (Frank Darabont, 1999), Dead Zone (David Cronenberg, 1983), Le Cobaye (Brett Leonard, 1992), Tzvetan Todorov, Dreamcatcher (Lawrence Kasdan, 2003), Misery (Rob Reiner, 1990), Stand By Me (Rob Reiner, 1986), Maximum Overdrive (Stephen King, 1999), Monster House (Gil Kenan, 2006), Simetierre (Mary Lambert, 1989), Simetierre 2 (Mary Lambert, 1992), Highlander (Russell Mulcahy, 1986), Killer Klowns from outer Space (Stephen & Charles Chiodo, 1988).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Mother! : allô maman bobo

NoCine E97.mp3

//ALERTE SPOIL//
Retour de Darren Aronofsky avec l’histoire d’un couple, Jennifer Lawrence et Javier Bardem, qui vivent heureux dans une maison isolée jusqu’à l’arrivée d’un couple qui va sérieusement troubler leur tranquillité. Au delà d’une représentation du processus créatif, de la relation entre un artiste et sa muse, on retrouve dans ce huis-clos des métaphores lourdingues, et des références bibliques autour de la création du monde, de la nature martyrisée par les êtres humains. Déplaisant, cruel et violent.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages et Julien Dupuy

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Requiem for a dream (Darren Aronofsky, 2017), The Wrestler (Darren Aronofsky, 2008), Black Swan (Darren Aronofsky, 2010), Noé (Darren Aronofsky, 2014), The Fountain (Darren Aronofsky, 2006), Rodin (Jacques Doillon, 2017), Antichrist (Lars von Trier, 2009), Pi (Darren Aronofsky, 1998), Primer (Shane Carruth, 2004), Schizophrenia (Gerald Kargl, 1983), Alexandro Jodorowsky, Batman le défi (Tim Burton, 1992), Perfect Blue (Satoshi Kon, 1997), Christopher Nolan.

CRÉDITS

Enregistré le 13 septembre 2017 au Bar à Bulles (4bis Cité Véron, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

El Bar : huis-clos misanthrope

NoCine E96 De la Iglesia.mp3

NoCine E96 De la Iglesia.mp3

Télécharger Télécharger ( 35 Mo )

[DERNIER EPISODE DE LA SAISON 2, REPRISE DE LA SAISON 3 DE NOCINE LE JEUDI 14 SEPTEMBRE !]

Dans un un bar madrilène, des habitués qui n’ont rien à voir les uns les autres sont attablés. L’un pousse la porte, sort, et se prend une balle dans la tête. Ainsi débute le huis-clos tendu d’Alex de la Iglesia, avec une belle mise en place et une galerie de personnage très intéressante, mais avec quelque chose de moins percutant que d’ordinaire au niveau du scénario. Toujours très subversif et sarcastique, la critique acerbe des médias est toujours là, la charge contre la chape de plomb que la morale fait peser sur la société aussi. Sauf que dans ses précédents films, même quand l’hystérie carnavalesque qu’on lui reproche ou que l’on admire fait partir ses films dans tous les sens, reste toujours à la fin une forme d’humanité. Mais pas dans El bar, où l’ironie finale est absente. Signe d’une pente misanthrope pour Alex de la Iglesia ?

Pris au piège (El Bar) est disponible en France en VOD le jeudi 31 aout, et en DVD / Blue Ray le mardi 5 septembre (L'Atelier d'image / Condor Entertainment)

Podcast animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Stéphane Moïssakis et Alexandre Hervaud.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Mi gran noche (Álex de la Iglesia, 2015), Les sorcières de Zugarramurdi (Álex de la Iglesia, 2013), Mes chers voisins (Álex de la Iglesia, 2000), Balada triste (Álex de la Iglesia, 2010), Un après-midi de chien (Sidney Lumet, 1975), Jorge Guerricaechevarria, Un Jour de chance (La Chispa de la Vida, Alex de la Iglesia, 2012), Action mutante (Álex de la Iglesia, 1992), Le Jour de la Bête (Álex de la Iglesia, 1996), Perdita Durango (Álex de la Iglesia, 1997), 800 balles (Álex de la Iglesia, 2002), Le Crime farpait (Álex de la Iglesia, 2004), La Chambre du fils (Álex de la Iglesia, 2006), Crimes à Oxford (Álex de la Iglesia, 2008), Muertos de risa (Mort de rire, Álex de la Iglesia, 1999), Torrente (Santiago Segura, 1998), Tim Burton

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Xtra - La Planète des Singes : Suprématie

NC XB E70 La planete des singes.mp3

NC XB E70 La planete des singes.mp3

Télécharger Télécharger ( 13 Mo )

Dans ce dernier volet de la trilogie du prequel de la saga culte, César, le singe intelligent à la tête d’une armée tribu tente de sauver la planète, en maître de guerre pacifiste qui lutte contre sa nature profonde et son envie de vengeance. Le film est une réussite, avec une belle galerie de personnages (ce qui est de plus en plus rare pour un blockbuster), même si l’absence de fin apocalyptique déroge un peu à l’ADN de la saga et à ce sentiment de fin des mondes qui plane sur les films. Légère impression de redite : l’univers est intéressant mais n’évolue pas suffisamment depuis le dernier volet, et le mécanique narratif est presque identique. Mais le bond technologique constaté dans la représentation des singes fera date.

Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

La Planète des Singes : Les Origines (Matt Reeves, 2011), La Planète des Singes : L’Affrontement (Matt Reeves, 2014), Logan (James Mangold, 2017), Avatar (James Cameron, 2009), Avatar 2 (James Cameron, 2020)

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Baby Driver : Edgar Wright pied au plancher

NoCine E95 Baby Driver.mp3

NoCine E95 Baby Driver.mp3

Télécharger Télécharger ( 58 Mo )

Conducteur un peu particulier, “Baby” (Ansel Elgort) est un “driver” qui officie pendant des braquages organisés par Doc (Kevin Spacey). Entre deux courses poursuites et un casting trois étoiles, on comprend que Baby a une dette envers Doc. Fun par son sujet, mais élaboré, complexe et dense dans sa structure et son rapport au cinéma, à la fois film de music-hall, de braquage, de bagnoles, avec une romance, Baby Driver est le film le plus radical d’Edgar Wright. Il en porte sa patte cinématographique, ces nuances spécifiques sur le ton émotionnel du film, et sur l’emploi de la musique. Puisque Baby écoute en permanence de la musique pour couvrir ses acouphènes, le film prend un parti pris très musical, ce qui renforce l’impression d’expérience physique très forte. L’association du montage et de la musique, le montage elliptique et haché : c’est comme si toute la filmographie de Wright menait à ce film. Tout en montrant qu’il en a encore sous le coude, toujours avec ce sérieux dans la manière d’aborder sa passion, et son envie d’alterner entre la grosse machine hollywoodienne et le cinéma européen.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, Alexandre Hervaud, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Baby Driver (Edgar Wright, 2017), Hot Fuzz (Edgar Wright, 2007), Le dernier pub avant la fin du monde (Edgar Wright, 2013), Shaun of the Dead (Edgar Wright, 2005), Blues Brothers (John Landis, 1980), Mint Royale, Walter Hill, Mad Max : Fury Road (Georges Miller, 2015), Summer of Sam (Spike Lee, 1999), Spiderman (Sam Raimi, 2002), Matrix (Les soeurs Wachowski, 1999), Blood and Ice Cream Trilogy / The Three Flavours Cornetto Trilogy (Edgar Wright & Simon Pegg, 2004 - 2013), Ant-Man (Peyton Reed, 2015), Praying with anger (M. Night Shyamalan, 1992), Scott Pilgrim (Edgar Wright, 2010), Quentin Tarantino, Guillermo Del Toro, A Fistful of Fingers (Edgar Wright, 1994), Quatre mariages et un enterrement (Mike Newell, 1994), Love Actually (Richard Curtis, 2003), Shaolin Soccer (Stephen Chow, 2001), Point Break (Kathryn Bigelow, 1991), Bad Boyz II (Michael Bay, 2003), Scary Movie (Keenen Ivory Waynans, 2000), Scream (Wes Craven, 1996), Voyage au bout de l’enfer (Michael Cimino, 1978), Man on fire (Tony Scott, 2004).

CRÉDITS

Enregistré le 20 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Sense 8 : suite et fin

NoCine E94 Sense 8.mp3

NoCine E94 Sense 8.mp3

Télécharger Télécharger ( 38 Mo )

Fin brutale pour la série des Wachowski, après deux petites saisons sur Netflix (et un épisode de Noël), auxquels s’ajoutera, grâce à la mobilisation des fans, un épisode spécial de 2h pour boucler l’histoire. L’occasion de revenir sur la seconde saison, qui s’est employée à explorer les potentialités du concept complexe posé par la première, et où les “sensates” prennent la pleine mesure de leurs pouvoirs. De nouveaux clusters, l’arrivée dans le cercle d’alliés, de petits ami.e.s, parents ou collègues ouvrent des perspectives incroyables qui ne seront malheureusement pas totalement exploitées dans l’épisode final. Dans cette dynamique de chorale, les histoires des personnages un peu caricaturaux et archétypaux, aux bords des bons sentiments, se croisent pour créer un collectif riche, empathique, émotionnellement puissant. L’ambition formelle est énorme. Il restera une série revendicative, qui offrait une représentation que beaucoup de personnes n’ont pas dans la pop culture, en brisant les frontières géographiques, culturelles, de genre et d’identité.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages, Alexandre Hervaud et David Honnorat.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Sense 8 (Lena et Lilly Wachowski, 2015- ), Friends (Martha Kauffman & David Crane, 1994-2004), How I met your mother, Carter Bays & Craig Thomas, 2005-2014).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Spiderman : Homecoming

NC XB E69 Spiderman Homecoming.mp3

NC XB E69 Spiderman Homecoming.mp3

Télécharger Télécharger ( 14 Mo )

Une nouvelle tentative de Marvel et Sony de relancer la franchise, et Peter Parker revient dans un blockbuster qui fonctionne, mais qui se complait dans sa médiocrité. Pas honteux en terme de facture, à peu près bien écrit, les scènes d’action sont malheureusement illisibles, ce qui est problématique pour un film de ce budget. Autre défaut d’importance, la disparition pure et simple d’Oncle Ben, élément constituant de l’histoire qui emmène Spider-Man vers l’héroïsme et la rédemption. Ce qui laisse un héros aux motivations faibles et légères, et un film en manque d’humanité et de tragédie. Revoyez plutôt les Spider-Man de Sam Raimi, et écoutez notre épisode spécial (soundcloud.com/nocine/special-sam-raimi).

Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Spider-Man : Homecoming (Jon Watts, 2017), The Amazing Spider-Man (Marc Webb, 2012), The Amazing Spider-Man 2 (Marc Webb, 2014), Captain America : Civil War (Anthony Russo et Joe Russo, 2016), Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Spider-Man 3 (Sam Raimi, 2007).

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Spécial - Sam Raimi

NoCine E93 Sam Raimi.mp3

NoCine E93 Sam Raimi.mp3

Télécharger Télécharger ( 82 Mo )

Le retour de Spider-Man sur les écrans (voir notre Xtra : soundcloud.com/nocine/xtra-spiderman-homecoming) est une occasion rêvée pour évoquer avec nostalgie la carrière de Sam Raimi, père d’une trilogie mythique sur l’homme araignée. Au début des années 2000, aux balbutiements du numérique, Sam Raimi incarne le changement de paradigme technologique avec ses idées visuelles extraordinaires, et traduit à la perfection le comic dans son art. Génie de la mise en scène aux cadrages ludiques et inventifs, doué pour la construction psychologique de personnages riches et attachants, Sam Raimi porte un cinéma baroque, généreux, burlesque et un peu hystérique parfois. Il fait partie de cette frange de jeunes réalisateurs passionnés qui ont posé les standards des grands films populaires actuels, d’une génération d’artisans du blockbuster tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Stéphane Moïssakis, Alexandre Hervaud et David Honnorat.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Evil Dead (Sam Raimi, 1981), It’s Murder (Sam Raimi, 1977), Bruce Campbell, Evil Dead II : Dead by Dawn (Sam Raimi, 1987), Evil Dead III : Army of Darkness (Sam Raimi, 1993), Spider-Man (Sam Raimi, 2002), Spider-Man 2 (Sam Raimi, 2004), Spider-Man 3 (Sam Raimi, 2007), Blade (Stephen Norrington, 1998), X-Men (Bryan Singer, 2000), Le Grand saut (Joel et Ethan Coen, 1994), Trilogie Seigneur des Anneaux (Peter Jackson, 2001, 2002, 2003), Rover Avary, Quentin Tarantino, Arizona Junior (Joel et Ethan Coen, 1986), Intuitions (Sam Raimi, 2000), Within the Woods (Sam Raimi, 1978), The Three Stooges, Darkman (Sam Raimi, 1990), Mort sur le grill (Sam Raimi, 1985), Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974), Howard Hawks, Batman (Tim Burton, 1989), Mort ou vif (Sam Raimi, 1995), Impitoyable (Clint Eastwood, 1992), Sam Peckinpah, Sergio Leone, Hard Boiled (Geof Darrow et Frank Miller, 1990 - 1992), Un plan simple (Sam Raimi, 1998), Pacific Rim (Guillermo Del Toro, 2013), Blade 2 (Guillermo del Toro, 2002), Jusqu’en enfer (Sam Raimi, 2009), Hulk (Ang Lee, 2003).

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Miracle Mile

NC XB Miracle Mile.mp3

NC XB Miracle Mile.mp3

Télécharger Télécharger ( 15 Mo )

Remisé sous le tapis depuis sa sortie il y a vingt-cinq ans, Miracle Mile revit depuis un an. Ce drame pré-apocalyptique au ton picaresque et étrange suit un homme qui tombe amoureux d’une femme dans le quartier de Miracle Mile, à Los Angeles. Rendez-vous est donné dans un “diner”, où elle ne vient pas, et lui répond à un appel dans une cabine. Au téléphone, un inconnu lui annonce l’arrivée imminente de missiles, la panique se répand autour de lui, pendant qu’il essaye de retrouver cette femme qu’il aime. Rêve ou cauchemar éveillé dans un L.A. de nuit, l’atmosphère pénétrante, noire et dure, tranche avec l’esthétique bariolée et lumineuse des années 80. Avec à peine 5000 entrées en France à sa sortie en 89, Miracle Mile voit aujourd'hui sa postérité assurée, et entame sa seconde vie grâce aux réseaux sociaux.

Animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis et Arnaud Bordas.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Miracle Mile / Appel d’urgence (Steve de Jarnatt, 1988), Cherry 2000 (Steve de Jarnatt, 1987), Joe Dante, Cobra (George Pan Cosmatos, 1986), Tarzana (Steve de Jarnatt, 1972), Urgences (série TV, 1998-1999), Strange Brew (Rick Moranis, Dave Thomas, Steve De Jarnatt, 1983).

CRÉDITS
Enregistré le 20 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Transformers : The Last Knight

NC XB Transformers 5.mp3

NC XB Transformers 5.mp3

Télécharger Télécharger ( 19 Mo )

Cinquième volet de la saga, The Last Knight est certainement le plus mauvais. Michael Bay, qui n’avait déjà pas pour ambition première de raconter des histoires, a officiellement baissé les bras, et n’a plus rien à dire sur le sujet des Transformers. Lui qui aime réellement ce qu’il fait, ce cinéma des blockbusters hollywoodiens, a clairement signé le dernier pour l’argent. Avare en action et en comédie, on suit le parcours de plusieurs personnages pseudo imbriqués dans un parcours mythologique caviardé de gags, qui contredit les précédentes mythologies installés par la saga. Le baroud d’honneur pour Michael Bay ?

Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Michael Bay, Roland Emmerich, Transformers : Bumblebee spin-off (Travis Knight, 2018), Kubo et l’armure magique (Travis Knight, 2016), Transformers 2 : La Revanche (Michael Bay, 2009), Akiva Goldsman, Un homme d’exception / A Beautiful Mind (Ron HOward, 2001), Batman et Robin (Joel Schumacher, 1997), Je suis une légende / I am Legend (Francis Lawrence, 2007), Moonfall (Roland Emmerich, 2018), Pain & Gain (Michael Bay, 2013).

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Okja : une grande claque

NC XB Okja.mp3

Sympathique animal gambadant joyeusement dans la nature, Okja est enlevé par une multinationale dirigée par Lucy Mirando (Tilda Swinton) pour en faire des côtelettes. C’est le début d’une quête acharnée de son amie Mija, qui va parcourir le monde pour sauver son ami. En sélection officielle au 70e Festival de Cannes, le film avait fait parler de lui autant pour son originalité que pour sa production estampillée Netflix qui faisait jaser. Okja, qu’on aime ou pas, ne ressemble à aucun autre film. L’équipe NoCiné à Cannes avait adoré, et nous racontait sa plus belle claque du festival (soundcloud.com/nocine/seance-radio-fait-son-festival-avec-nocine-28.)

Grave et effrayant, cinéma à la fois familial et radical, satire sociale qui déboulonne la société de consommation capitaliste, Okja est emblématique du cinéma du réalisateur Bong Joon-ho, en mêlant vitesse, folie, maîtrise et beauté. L’occasion d’un retour sur sa filmographie, de Barking Dogs au Snowpiercer, en passant par Memories of murder.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas et David Honnorat.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Okja (Bong Joon-ho, 2017), Mon voisin Totoro (Hayao Miyazaki, 1988), Citizen Kane (Orson Welles, 1941), Le bon, la brute et le truand (Sergio Leone, 1966), Terry Gilliam, Babe 2, le cochon dans la ville (Georges Miller, 1998), Les Aventures du baron de Münchhausen (Terry Gilliam, 1988), Sense 8 (Lana et Lilly Wachowski, 2015-2017), Barking Dog (Bong Joon-ho, 2000), Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003), The Host (Bong Joon-ho, 2006), Zodiac (David Fincher, 2007), Donna Bae, Mother (Bong Joon-ho, 2009), Snowpiercer, le Transperceneige (Bong Joon-ho, 2013), Le Transperceneige (Jacques Lob, Benjamin Legrand, Olivier Bocquet, Alexis, Jean-Marc Rochette, 1984).

CRÉDITS

Enregistré le 20 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

L’inusable Monsieur Frankenstein

NoCine E91 Mel Brooks.mp3

NoCine E91 Mel Brooks.mp3

Télécharger Télécharger ( 38 Mo )

Pierre angulaire de la filmographie de Mel Brooks, Frankenstein Junior s’amuse du mythe tout en le respectant. A l’occasion de sa ressortie en salles, revenons sur l’histoire de Frédéric Frankenstein (Gene Wilders), qui quitte l’université pour aller sur les traces de son ancêtre en Transylvanie, dans le château familial. On retrouve là tout ce qui fait la singularité du cinéma de Mel Brooks : des comédies parodiques bourrées de références de cinéphiles sans être excluantes pour le grand public, qui s’appuient sur des genres populaires : le film d’horreur, le western, le péplum… Tout en partant en plein délire, Mel Brooks respecte le matériau d’origine. Alors au passage, portrait d’un artiste polyvalent à l’américaine, du stand-up aux séries en passant par la musique et la mise en scène, sous le costume d’acteur et d’écrivain.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, Alexandre Hervaud et Stéphane Moïssakis

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Frankenstein Junior (Mel Brooks, 1974), Gene Wilder, Marty Feldman, Le Grand Frisson (Mel Brooks, 1977), Frankenstein (James Whale, 1931), Baby Driver (Edgar Wright, 2017), Shaun of the Dead (Edgar Wright, 2004), Dracula, mort et heureux de l’être (Mel Brooks, 1995), Abbott et Costello, La Momie (Alex Kurtzman, 2017), Sacré Robin des bois (Mel Brooks, 1993), Les producteurs (Mel Brooks, 1968), Max la Menace (Mel Brooks & Buck Henry, 1965), Chienne de Vie (Mel Brooks, 1991), The Critic (Mel Brooks, 1963), Elephant Man (David Lynch, 1980), La Mouche (David Cronenberg, 1986), Robin des bois, prince des voleurs (Kevin Reynolds, 1991), Frank Capra, La Folle Histoire de l’espace (Mel Brooks, 1987), Conan O’Brien, Anne Bancroft, Le Lauréat (Mike Nichols, 1967).

CRÉDITS

Enregistré le 20 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Spécial - Tom Cruise

NoCine E90 Momie-Cruise.mp3

NoCine E90 Momie-Cruise.mp3

Télécharger Télécharger ( 68 Mo )

Le “control freak” d’Hollywood est-il en train de perdre la main sur son destin ? Cette fois-ci, Tom Cruise est Nick Morton, un soldat américain envoyé dans le désert irakien pour combattre les terroristes, qui va être confronté à des pouvoirs ancestraux bien plus inquiétants : “La Momie”. Dans ce remake, et cette seconde tentative d’Universal de créer un univers étendu, Tom Cruise ramène son aura et sa marque de fabrique - courir vite, montrer son torse et faire des cascades - dans un film qui n’a rien à voir. Un échec cinématographique, qui fournit l’occasion de revenir sur la "starification" absolue de Tom Cruise au fil de sa filmographie, et sur l’histoire d’une icône à l’ancienne, très carriériste, qui a su aller chercher des réalisateurs et choisir ses projets pour se mettre en danger.

Animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, Julien Dupuy, Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

La Momie (Boris Karloff, 1932), La Momie (Stephen Sommers, 1999), Brendan Fraser, La Momie (Alex Kurtzman, 2017), J.J. Abrams, Jon Favreau, Dracula Untold (Gary Shore, 2014), King Kong (Peter Jackson, 2005), Le Loup-garou de Londres (John Landis, 1981), L’Enfer des zombies (Lucio Fulci, 1979), Russell Crowe, Bride of Frankenstein (Bill Condon, 2019), La Belle et la Bête (Bill Condon, 2017), Kinsey (Bill Condon, 2004), Ni dieux ni démons (Gods and Monsters, Bill Condon, 1998), L’homme invisible (2018), Transformers (Michael Bay, 2007), The Island (Michael Bay, 2004), The Man with the Iron Fists (RZA, 2012), L.A. Confidential (Curtis Hanson, 1997), Mort ou vif (Sam Raimi, 1995), Dr Jekyll and Mr Hyde, Wanted : choisis ton destin (Timur Bekmambetov, 2008), Retour vers le futur (Robert Zemeckis, 1985), Walkyrie (Bryan Singer, 2008), Mission Impossible III (J.J. Abrams, 2006), Wolfman (Joe Johnston, 2010), Underworld (Len Wiseman, 2003), Dracula Rising (Fred Gallo, 1993), Frankenstein (Kenneth Branagh, 1994), Hellboy 2 (Guillermo del Toro, 2008), Mission Impossible II (John Woo, 2000), Cliffhanger (Renny Harlin, 1993), Matrix (Lana & Lili Wachowski, 1999), Night and Day (James Mangold, 2010), Collateral (Michael Mann, 2004), Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick, 1998), Edge of tomorrow (Doug Liman, 2014), Oblivion (Joseph Kosinski, 2013), Mission impossible VI (Christopher McQuarrie, 2018), Mission impossible (Brian De Palma, 1996), Top Gun (Tony Scott, 1986), Legend (Ridley Scott, 1985), Risky Business (Paul Brickman, 1983), Cocktail (Roger Donaldson, 1988), Rain Man (Barry Levinson, 1988), Né un 4 juillet (Olivier Stone, 1989), Jours de tonnerre (Tony Scott, 1990), True Romance, (Tony Scott, 1993), Platoon (Oliver Stone, 1986), La Firme (Sydney Pollack, 1993), La Couleur de l’argent (Martin Scorsese, 1986), Far and away (Ron Howard, 1992), Robert Towne, Entretien avec un vampire (Neil Jordan, 1994), The Crying Game (Neil Jordan, 1992), Jerry Maguire (Cameron Crowe, 1996), Magnolia (Paul Thomas Anderson, 1999), Le Dernier Samouraï (Edward Zwick, 2003), Minority Report (Steven Spielberg, 2002), La Guerre des mondes (Steven Spielberg, 2005), Lions et agneaux (Robert Redford, 2007).

CRÉDITS

Enregistré le 7 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS
Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Wonder Woman, Candide s'en va-t-en guerre

NoCine E89 WonderWoman.mp3

NoCine E89 WonderWoman.mp3

Télécharger Télécharger ( 49 Mo )

[ATTENTION SPOILERS]

Déjà aperçue dans Batman vs Superman, Wonder Woman, le dernier élément de la Sainte Trinité de DC Comics, a désormais son film et cartonne au box-office. Sortie de son élément mythologique, Diana, princesse des amazones se retrouve plongée dans le monde des hommes en pleine Première guerre mondiale. Résultat : une direction artistique mauvaise, des effets spéciaux douteux, d’énormes erreurs de scénario et de mise en scène, et une posture féministe revendiquée qui ne tient pas. Cultivée, lettrée, intelligente, Wonder Woman perd ses capacités dès qu’elle prend conscience de ses pouvoirs, un comble pour une super-héroïne que l’écriture fait d’ailleurs passer pour une idiote candide. Ni un bon film de super-héros, ni un bon blockbuster, encore moins un bon film.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis, Julien Dupuy et Daniel Andreyev.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Logan (James Mangold, 2017), Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Batman v Superman : L’aube de la justice (Zack Snyder, 2016), Monster (Patty Jenkins, 2003), The New Adventures of Wonder Woman (1975-1979), Man of Steel (Zack Snyder, 2013), SoulCalibur, Les Visiteurs (Jean-Marie Poiré), Un Indien dans la ville (Hervé Palud, 1994), Xéna la guerrière (John Schulian & Robert Tapert, 1995-2001), Spider-Man (Sam Raimi, 2002), Evil Dead (Sam Raimi, 1981), The Killing (Patty Jenkins, 2011), Doctor Strange (Scott Derrickson, 2016), K-19 : le piège des profondeurs (Kathryn Bigelow, 2002), Black Panther (Ryan Coogler, 2018), Captain Marvel (Anna Boden & Ryan Fleck, 2019), Suicide Squad (David Ayer & Margot Robbie, 2016), Star Wars : the Force Awakens (J.J. Abrams, 2015), Punisher : War Zone (Lexi Alexander, 2008), Catwoman (Pitof, 2004), Supergirl (Jeannot Szwarc, 1984), Elektra (Rob Bowman, 2005).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco <<

LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : “Born Sexy Yesterday”, un essai vidéo qui analyse des personnages féminins de Tron Legacy ou du Cinquième élément. Supposément féministes, l’essai explique en quoi ces femmes fortes traversent l’histoire en ayant toutes les compétences, tous les savoirs, et se révèlent des fair-valoirs aux personnages masculins.

LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : Wonder Woman n’est pas le seul film de super-héros à être réalisé par une femme, il y a également eu “Punisher : War Zone” de Lexi Alexander (2008), un B-movie comme on les aime, de mauvais goût mais drôle. Marvel est dans le déni depuis la sortie du film.

LA RECO DE JULIEN DUPUY : sorti directement en 2009 dans la collection DC Universe, Wonder Woman mais en film d’animation cette fois, adapté par Lauren Montgomery et produit entre autres par Bruce Timm.

CRÉDITS

Enregistré le 7 juin 2017 à l’Antenne Paris (10 rue de la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

The Jane Doe Identity : à moitié réussi

NoCine E88 Jane Doe.mp3

NoCine E88 Jane Doe.mp3

Télécharger Télécharger ( 29 Mo )

Le cadavre d’une femme inconnue est retrouvé dans une maison, et confié à un duo de légistes père et fils (Brian Cox et Emile Hirsch), qui vont rapidement comprendre que quelque chose cloche avec ce corps, trop vivant pour être mort. The Jane Doe Identity se construit sur deux concepts osés : en huis-clos, provoquer la peur avec un cadavre révélé dès le début du film, et qui ne bouge pas. Après un très bon démarrage, de bons cadres, une gestion du rythme maîtrisée et une ambiance installée, la réponse à l’intrigue posée est mauvaise, la conclusion est trop grossièrement amenée et tombe à plat. Une bonne surprise donc, mais à moitié réussie.

Animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

The Jane Doe Identity (André Øvredal, 2017), The Troll Hunter (André Øvredal, 2010), Conjuring : les dossiers Warren (James Wan, 2013), Aftermath (Nacho Cerdà, 1994), La Trilogie de la mort (Nacho Cerdà, 1990-1998), Get Out (Jordan Peele, 2017), Jaume Balaguero, Xavi Giménez, Freddy, A Nightmare on Elm Street (franchise de films d’horreur de neuf films, Wes Craven, 1984-2010), Bad Boys II (Michael Bay, 2003), Les rivières pourpres (Mathieu Kassovitz, 2000).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco