NoCiné

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, t…

NoCiné

On parle fort de cinéma pendant une demi-heure, tous les lundi. Animé en public par Thomas Rozec.

Podcast
En cours de lecture

Rampage, King Rock

NC#137 Rampage.mp3

NC#137 Rampage.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

Davis, un primatologue et ancien soldat joué par Dwayne “The Rock” Johnson, travaille dans une réserve de San Diego avec un adorable gorille albinos prénommé Georges, qui sous l’effet d’un agent mutagène se transforme en bête déchaînée et destructrice. Avec deux autres animaux touchés, un loup et un crocodile, il se dirigent vers Chicago quand l’entreprise à l’origine du mutagène essaie de les récupérer. Evidemment, Dwayne va sauver l’humanité du désastre. Pas de mensonge sur le produit, “Rampage” est une vraie connerie réjouissante style série B, un film bête fait avec sérieux application et passion, qui ne se croit jamais plus intelligent que ses spectateurs. The Rock en pilote automatique n’est pas surprenant, et continue de voler des hélicoptères pour le plus grand bonheur de Daniel Andreyev. Très librement adapté du jeu vidéo éponyme des années 80, quelques discrètes références au jeu se glissent dans le film. Un défaut ? Peut-être celui de ne pas avoir été réalisé par Michael Bay.

Attention, si vous tenez à voir ce film, on spoile.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Stéphane Moïssakis et Daniel Andreyev

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
Rampage (Brad Peyton, 2018), Dwayne The Rock Johnson, San Andreas (Brad Peyton, 2015), Voyage au centre de la Terre 2 (Brad Peyton, 2012), Naomie Harris, Jeffrey Dean Morgan, Malin Akerman, Mon ami Joe (Ron Underwood, 1998), 2012 (Roland Emmerich, 2009), Jumanji : Bienvenue dans la jungle (Jake Kasdan, 2017), Michael Bay, Jurassic World (Colin Trevorrow, 2015), Battleship (Peter Berg, 2012), Greystoke la légende de Tarzan (Hugh Hudson, 1984), Tchao Pantin (Claude Berri, 1983), Pain & Gain (Michael Bay, 2013), Un fauteuil pour deux (John Landis, 1983), Schlock (John Landis, 1973), Congo (Frank Marshall, 1994), Jurassic Park (Steven Spielberg, 1993), La liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993), Doux dur et dingue (James Fargo, 1978), Sin Godzilla (Hideaki Anno, 2016), Le Projet Nim (James March, 2012).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : mieux que les films de singe, les films où les hommes sont déguisés en singe, comme John Landis dans son film Schlock (1973). Et puis Congo de Frank Marshall (1994), et forcément, “Doux dur et dingue” de James Fargo avec Clint Eastwood (1978).

LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : “Sin Godzilla” par Hideaki Anno (2016), grand film de destruction de ville. Et côté jeux vidéos, “King of Monsters”.

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : “Le Projet Nim”, documentaire de James March (2012).

CRÉDITS

Enregistré le 26 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

Podcast
En cours de lecture

Les séries inspirées de faits réels, Cannes et le succès du ciné de genre.

ncc_8_26_04_18_.mp3

ncc_8_26_04_18_.mp3

Télécharger Télécharger ( 62 Mo )

Si vous avez manqué le direct du NoCiné Club #08, retour en podcast sur l’actualité des films et des réalisateurs.

S’inspirer de faits réels pour les porter à l’écran est un grand classique du cinéma et de la télévision. Avec la démultiplication des plateformes de SVOD et du nombre de productions, il faut bien aller chercher de nouveaux territoires à développer dans les séries, et le réel est une source d’inspiration inépuisable. De “Manhunt: Unabomber” à “The Terror” en passant par “Narcos”, que peuvent apporter ces séries inspirées de faits réels quand tout le monde connaît déjà l’histoire et son dénouement ?

Le festival de Cannes 2018 arrive à grands pas. Ni Almodovar ni frères Cohen cette année, mais une sélection plus franchement axée “cinéma d’auteur” qui se distingue des éditions précédentes et brouille un peu les attentes. Au milieu du déferlement médiatique qui entoure chaque année le festival, une question persiste et préoccupe NoCiné : va t-on enfin pouvoir voir “L’homme qui tua Don Quichotte” de Terry Gilliam ?

Revirement des tendances du cinéma ces 12 derniers mois avec retour en grâce du cinéma de genre du côté des critiques comme des financiers. Encouragés par les succès de “Ça”, de “Get Out” ou du tout récent “A Quiet Place”, les studios s’y mettent pour de bon. On ne saurait que se réjouir de ce regain d’intérêt pour ce genre sous-estimé qui a longtemps été le parent pauvre du cinéma.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Lelo Jimmy Batista, Perrine Quennesson, Anaïs Bordage et Daniel Andreyev.

CRÉDITS

Enregistré le 26 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Avengers: Infinity War, le Marvel de la rupture

NC Avengers.mp3

(Attention SPOILER)

Les studios Marvel qui nous avaient habitués à toujours plus de médiocrité parviennent cette fois-ci à nous surprendre. Juste un peu. “Avengers: Infinity War” rassemble tous les héros de la franchise des dix dernières années qui s’unissent pour arrêter le terrible Thanos, bien décidé à décimer la moitié de l’Univers. Un parti pris de départ pas évident donc, mais les frères Russo déjà aux manettes des deux derniers opus de “Captain America” s’en sortent relativement bien. Marvel s’autorise enfin à quitter le registre de l’humour et du pur entertainment pour se laisser aller à - un peu - de sentiments, notamment dans une scène finale qui (spoiler vous dit-on) met en scène la mort d’un bon nombre de héros phares des comics. Sauf que quand Marvel a déjà annoncé de nombreux séquels avec certains de ces personnages supposément disparus, impossible d’être totalement dupe, et le marketing vient perturber l’émotion. La franchise Marvel refuse de mourir et c’est peut-être au détriment de l’histoire de ses films et de ses héros.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Stéphane Moïssakis et Daniel Andreyev

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION :

Marvel, Avengers: Infinity War (Anthony Russo, Joe Russo, 2018), Thor (Kenneth Branagh, 2011), Iron Man (Jon Favreau, 2008), Captain America (Joe Johnston, 2011), Les gardiens de la Galaxie (James Gunn, 2014), Black Panther (Ryan Coogler, 2018), Frères Russo, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson, Zoe Saldana, Chris Pratt, Chadwick Boseman, Benedict Cumberbatch, Chris Evans, L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, 1980), The Leftovers (HBO, 2014), The Infinity War (Jim Starlin, Ron Lim, Ian Laughlin, Al Milgrom, Jack Morelli, Christie Scheele, 1992), 24h Chrono (Fox, 2001), Spider-Man 3 (Sam Raimi, 2007), Avengers (Joss Whedon, 2012), Avengers : L'Ère d'Ultron ((Joss Whedon, 2015), Thor: Ragnarok (Taika Waititi, 2017), Bill Burr, Space Cowboy (Clint Eastwood, 2000), “Avengers: Under Siege” (Roy Thomas, Roger Stern, Sal Buscema, 1998), My Wonder Women (Angela Robinson, 2018)

RECOMMANDATIONS :

LA RECO DE STEPHANE MOÏSSAKIS : Des vieux schnock de l’espace, Space Cowboy par Clint Eastwood (2000)

LA RECO DANIEL ANDREYEV : Une histoire marquante des comics “Avengers: Under Siege” écrit par Roy Thomas et Roger Stern et illustré par Sal Buscema

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : Dans l’univers comics mais côté DC “My Wonder Women” (Angela Robinson, 2018) où l’on suit la vie du créateur de Wonder Woman.

CRÉDITS

Enregistré le 26 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - My Wonder Women

NC XB My wonder women.mp3

NC XB My wonder women.mp3

Télécharger Télécharger ( 13 Mo )

Un énième blockbuster ? Non : l’histoire de la création du personnage de Wonder Woman dans les années 30. La célèbre héroïne est née de l’imagination du psychologue William Marston, inventeur du polygraphe, qui s’est inspiré de ses deux compagnes : sa femme Elizabeth et Olive Byrne, amante de ce couple fervent défenseur du polyamour. Loin du Captain America au féminin que le personnage est devenu par la suite, Wonder Woman portait alors un récit initiatique pour les jeunes lectrices, les invitant à prendre conscience de leurs pouvoirs au sein d’une société patriarcale. C’est avec cette fibre féministe que “My Wonder Women” veut renouer. Le projet très partisan envers les Marston, porté depuis longtemps par sa réalisatrice Angela Robinson, manque parfois d’un débat autour de la personnalité des créateurs qui l’aurait enrichi. Il reste malgré tout un bon film, pour tous les fans de culture pop.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

My Wonder Women (Angela Robinson, 2018), The L Word (Ilene Chaiken, Showtime, 2004 - 2009), True Blood (Alan Ball, HBO, 2008 - 2014), Luke Evans, Rebecca hall, Bella Heathcote, D.E.B.S (Angela Robinson, 2005), Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017).

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com

Podcast
En cours de lecture

Xtra - Série Noire

NC XB Serie noire.mp3

NC XB Serie noire.mp3

Télécharger Télécharger ( 21 Mo )

A l’occasion de sa ressortie en salle, retour sur “Série Noire”, un film d’Alain Corneau qui en dit long sur la France de la fin des années 70. Adapté du roman de gare “Une femme d’enfer” de Jim Thompson, le long-métrage nous emmène sur les traces de Franck, représentant de commerce au bord de la crise de nerfs interprété par Patrick Dewaere. Il rencontre Mona, alias Marie Trintignant, une jeune prostituée avec laquelle il s’embarque dans une virée criminelle romanesque. Sorti après les trentes glorieuses et le premier choc pétrolier, le film est empreint de la morosité de cette période grise de la fin du 20ème siècle. Comme de nombreux long-métrages de la même époque, “Série Noire” se réapproprie une littérature jugée bas de gamme pour insuffler quelque chose de très français à cette ambiance de roman noir. Un film français emblématique qui n’a pas vieilli.

Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
Séries Noires (Alain Corneau, 1979), Patrick Dewaere, Marie Trintignant, Une femme d’enfer (Jim Thompson, 1954), Georges Perec, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Myriam Boyer, John Cassavetes, Les Valseuses (Bertrand Blier, 1974), Guet-apens (Sam Peckinpah, 1972), Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981), À bout de souffle (Jean-Luc Godard, 1961), Tirez sur le pianiste (François Truffaut, 1960), Pottsville, 1280 (Jim Thompson, 1964), Michel Audiard, Bernard Blier

CRÉDITS

Enregistré le 11 avril 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.

POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTS

Pour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com